•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : le cap des 3000 morts atteint

Quatre personne sont debout autour de machines servant à propulser du désinfectant.

À Séoul, en Corée du Sud, des équipes de travailleurs protégés de pied en cap tentent de désinfecter des lieux publics.

Photo : Getty Images / Chung Sung-Jun

Agence France-Presse

Le bilan de l'épidémie de nouveau coronavirus a dépassé lundi les 3000 morts dans le monde et continue d'avoir de sérieuses conséquences partout à travers la planète, notamment en Italie où le nombre de cas explose et en France où le musée du Louvre a fermé.

En Chine, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2912 morts et celui dans le monde à plus de 3000. Les 202 nouveaux cas signalés lundi en Chine continentale constituent toutefois le plus faible chiffre quotidien depuis la fin janvier.

En dehors de la province de Hubei, à l'épicentre de l'épidémie, une reprise de l'activité, paralysée depuis le début de la crise, est perceptible dans le pays, avec la réapparition de quelques embouteillages à Pékin aux heures de pointe.

L'épidémie de COVID-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes ont visé plus de 50 millions de personnes. Elle continue de s'aggraver dans plusieurs autres pays du monde.

Un deuxième mort aux États-Unis

Aux États-Unis, un deuxième décès lié au coronavirus a été enregistré. Un septuagénaire a succombé dimanche au virus dans la région de Seattle dans l'État de Washington. Un quinquagénaire est décédé, la veille, de la maladie dans ce même État de la côte ouest.

Un premier cas de la maladie a aussi été diagnostiqué à New York. Il s'agit d'une femme d'une trentaine d'années qui a séjourné récemment en Iran. La malade a été confinée chez elle et l'agence de santé de la ville a indiqué avoir déjà identifié les contacts de cette personne, qui pourraient avoir été exposées au virus.

Aux États-Unis, 21 cas ont été recensés auxquels s'ajoutent 47 malades rapatriés dans le pays. Plusieurs patients infectés ces derniers jours n'avaient aucun lien connu avec un foyer de l'épidémie, ce qui laisse penser que la maladie commence à se propager sur le sol américain, encore très épargné.

Contagion en hausse en Europe

En Italie, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à près de 1700 dans le pays. Cinq nouveaux décès ont par ailleurs été rapportés, portant le bilan à 34 morts dans la péninsule, toujours dans trois régions du nord : Lombardie, Émilie-Romagne et Vénétie.

La France, nouveau foyer aigu de la contamination en Europe, recense 130 cas et 2 morts.

Le Musée du Louvre, lieu emblématique du tourisme dans la capitale française qui a accueilli 9,6 millions de visiteurs en 2019, est resté fermé dimanche. Le personnel a invoqué son droit à cesser le travail en cas de danger, a annoncé la direction, sans préciser s'il rouvrirait lundi.

Le salon Livre Paris, grand rendez-vous de l'édition francophone qui devait se tenir du 20 au 23 mars, a été annulé. Et le célèbre écrivain chilien Luis Sepulveda, qui réside dans le nord de l'Espagne, a contracté le coronavirus, selon les autorités sanitaires du Portugal où il s'est rendu récemment.

L'Allemagne enregistre pour sa part 129 cas. Plus de la moitié des malades viennent de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), là où un couple infecté avait participé fin février au carnaval de Heinsberg.

L'Iran a fait état dimanche de 11 nouveaux décès, portant le bilan officiel à 54 morts. Le service en farsi de la BBC évoque cependant un bilan beaucoup plus lourd, au moins 210 morts, un chiffre démenti par les autorités.

Quant à la Corée du Sud, le deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé dimanche 586 cas supplémentaires, pour un total de 3736 contaminations, dont 18 mortels.

L'économie ébranlée

L'épidémie fait redouter une crise économique d'ampleur planétaire. Les marchés ont subi la semaine dernière leur plus forte dégringolade depuis la crise financière de 2008, mais la Bourse de Tokyo se reprenait lundi.

Certaines entreprises ou grands groupes commencent à sentir les effets de propagation du coronavirus sur leur chiffre d'affaires. Dimanche, la compagnie aérienne israélienne El Al a déclaré qu'elle envisageait de licencier 1000 de ses 6000 employés en raison de pertes financières causées par l'annulation de plusieurs vols à l'étranger en lien avec l'épidémie.

Plusieurs pays comme l'Allemagne ou l'Italie prévoient déjà des mesures d'aides et débloquent des fonds pour les secteurs touchés.

L'épidémie bouleverse aussi le calendrier sportif. Le Grand Prix moto du Qatar, prévu le 8 mars en ouverture du Championnat du monde, a été annulé. En Italie, plusieurs matchs du championnat de soccer de la Serie A ont été reportés.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a porté en fin de semaine à très élevé, son niveau de menace. Elle a averti que se croire à l'abri du COVID-19 serait une erreur fatale.

L'agence des Nations unies a rappelé que les symptômes sont bénins pour la plupart des malades, sérieux (pneumonies) pour 14 % d'entre eux, et que 5 % des personnes atteintes se trouvent dans un état critique.

Le taux de mortalité semble être de 2 à 5 %, selon l'OMS, qui a pressé dimanche les pays dans le monde à s'approvisionner en dispositifs médicaux d'assistance respiratoire, indispensables pour traiter les patients atteints de la forme sévère de la maladie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International