•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après cinq ans, l'engouement ne se dément pas aux Hivernants

Chargement de l’image

L'ambiance était festive sous le chapiteau du festival, vendredi soir.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Sept-Îles, des milliers de personnes ont participé en fin de semaine au 5e Festival des hivernants. Le festival dédié aux activités hivernales suscite d'année en année un engouement croissant au sein de la population.

Il y a cinq ans, c'était la naissance des Hivernants, un festival aux objectifs tout simples : valoriser le site du Vieux-Poste et célébrer l'hiver. Les organisateurs peuvent maintenant dire « mission accomplie ».

Marie-Ève Cyr, la directrice générale de Tourisme Sept-Îles et membre du comité organisateur, se réjouit de l’enthousiasme que suscite l'événement.

La première année, on a créé un festival en trois mois, une idée de fou qui nous est passée par la tête. Il y a 500 personnes qui sont venues nous voir la première année et là, on attend 4000 personnes, indiquait Mme Cyr en fin de semaine.

« [Le festival] grandit et il est très attendu aussi. Les gens ont hâte de savoir quand ça commence. »

— Une citation de  Marie-Ève Cyr, membre du comité organisateur du festival
Chargement de l’image

Marie-Ève Cyr, directrice générale de Tourisme Sept-Îles et membre du comité organisateur du Festival des Hivernants

Photo : Radio-Canada

Cette croissance pose cependant des défis pour l'organisation. En 2016, le comité organisateur ne disposait que d'un budget de 25 000 $ pour son premier festival. Aujourd’hui, il doit amasser 95 000 $ en plus de recruter des dizaines de bénévoles pour soutenir l'organisation de l'événement.

Ça va quand même assez bien, mais c'est toujours à recommencer. D'année en année, c'est toujours à retravailler avec nos partenaires. C'est sûr que les défis qu'on a, c'est vraiment les bénévoles.

« Si on grossit et si on veut que les gens prennent plus possession du site, il va nous falloir d'autres bénévoles. »

— Une citation de  Marie-Ève Cyr, membre du comité organisateur du festival

L'organisation se réjouit également de son rôle de catalyseur auprès d'entreprises de la région.

Il y a cinq ans, il y avait la microbrasserie St-Pancrace qui était à Baie-Comeau qui commençait. Aujourd'hui, au festival, on a les quatre microbrasseries de la Côte-Nord et en plus de ça, on a les deux distilleries de la Côte-Nord, souligne Mme Cyr.

De son côté, Pierre-Antoine Morin, le copropriétaire de la microbrasserie St-Pancrace, salue l’esprit de famille qui règne au festival.

Chargement de l’image

Pierre-Antoine Morin, copropriétaire de la microbrasserie St-Pancrace

Photo : Radio-Canada

Pour nous, au niveau des microbrasseries et des distilleries, c'est une occasion de se retrouver. C'est comme un grand rassemblement, donc on a l'occasion au courant de l'hiver de tous se rassembler ensemble. Ça prend ça!

Les microbrasseries de la région ont justement profité de leur présence simultanée au Festival des Hivernants pour discuter d'une appellation commune pour la mise en marché de leurs produits. Cette stratégie devrait voir le jour au printemps.

Le Festival des Hivernants se termine dimanche à Sept-Îles.

D’après le reportage de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !