•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La session législative du printemps s'ouvre lundi sous fond d’élections

Chargement de l’image

Le budget sera déposé le 18 mars.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La session de printemps de l’Assemblée législative de la Saskatchewan commence lundi, la dernière avant les élections provinciales prévues pour le 26 octobre.

« Ce sera une session très politique », décrit le responsable du département de politique et d'études internationales de l'Université de Regina, Jim Farney.

Selon lui, deux grands sujets sont à retenir : le dépôt du budget le 18 mars que le Parti saskatchewanais a promis équilibré et moins d’une semaine plus tard, la Cour suprême du Canada entendra les arguments de la province contre la taxe sur le carbone du gouvernement fédéral.

Il croit que pendant la session le Parti saskatchewanais et l’opposition néo-démocrate se livreront à des « manigances » pour se positionner en vue des élections. Les gens devraient donc s’attendre à une session « plus partisane ».

« C’est une période litigieuse en politique en Saskatchewan. Nous avons des manifestations autochtones partout au pays, nous avons le [lock-out] à la raffinerie [Co-op] et nous avons les négociations [avec la Fédération des enseignants de la Saskatchewan], qui sont plutôt tendues. Cela va se répercuter sur la séance », juge Jim Farney.

Élections devancées?

Alors que le premier ministre Scott Moe parlait aux journalistes lundi, il n’a pas pris l’engagement de respecter la date des élections du 26 octobre.

« Je vais consulter le premier ministre », a dit Scott Moe à la blague.

Chargement de l’image

Scott Moe dit qu'il se prépare pour des élections le 26 octobre, mais qu'il garde quand même la porte ouverte à la possibilité de les devancer.

Photo : Radio-Canada / Matthew Garand

Il a précisé que « les troubles économiques » causés par les manifestations autochtones et le coronavirus sont des raisons qui pourraient faire en sorte qu’il déclenche des élections anticipées.

Le Parti saskatchewanais et le Nouveau Parti démocratique (NPD), les deux principaux dans la province, ont une disparité de 46-13 dans le nombre de sièges.

C'est également le cas pour le nombre de candidats choisis pour l’élection de 2020.Le Parti saskatchewanais a choisi 55 candidats pour les 61 circonscriptions alors que le NPD n’en a que 28.

Jim Farney croit que le NPD devra croître pour réussir. « Il n’a pas beaucoup de chances dans les régions rurales, mais il y a beaucoup de possibilités de croissance dans les villes ainsi que pour conserver les sièges qu’il a déjà dans le nord de la province », analyse-t-il.

Chargement de l’image

Le chef du NPD Ryan Meili affirme que son parti a des informations claires comme quoi le Parti saskatchewanais se prépare pour des élections hâtives.

Photo : Radio-Canada / Alexis Lalemant

Il ajoute que le NPD peut soulever des questions sur l’éducation, la santé mentale et le développement dans le parc Wascana de Regina.

« Le NPD doit prendre tout cela et le convertir en récit où  le NPD convainc les gens de voter pour lui parce ce qu’il est le meilleur et qu’il a un plan pour aller de l’avant », ajoute-t-il.

Avec les informations d'Adam Hunter et de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !