•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parti anticorruption remporte les élections législatives en Slovaquie

Igor Matovic devant le château de Bratislava.

Igor Matovic, le chef du parti OLaNO, s'est engagé à assainir la vie politique slovaque.

Photo : Reuters / David W Cerny

Reuters

Le parti d'opposition OLaNO a remporté dimanche les élections législatives en Slovaquie. Les électeurs étaient excédés par la corruption de la formation de centre gauche au pouvoir, le Smer, qui dominait la vie politique depuis plus d'une décennie.

Selon les résultats portant sur 96,16 % des circonscriptions, le mouvement anticorruption OLaNO a obtenu 24,95 % des votes, loin devant le Smer (18,5 %).

Avec seulement 6 % d'appui fin 2019, OLaNO a vu son soutien bondir au cours des dernières semaines, concentrant le vote contestataire déclenché par l'assassinat il y a deux ans du journaliste Jan Kuciak, qui enquêtait notamment sur des affaires de fraude impliquant des hommes d'affaires liés au monde politique slovaque.

Les sièges remportés par d'autres partis libéraux et conservateurs donnent à OLaNO une position forte pour mener les négociations en vue de former un nouveau gouvernement de centre droit.

Le chef de file du parti, Igor Matovic, s'est engagé à assainir la vie politique, une ambition résumée dans le slogan de sa formation : « Battons ensemble la mafia ».

Nous considérons ce résultat comme une demande des personnes qui veulent que nous mettions de l'ordre en Slovaquie. Pour faire de la Slovaquie un pays juste, où la loi s'applique à tous, que l'on soit riche ou pauvre.

Igor Matovic, chef d'OlaNO

Il a affirmé qu'il tendrait la main aux dirigeants de trois partis — Liberté et solidarité (libéral), Za Ludi (Pour le Peuple, conservateur), parti de l'ancien président Andrej Kiska, et Nous sommes une famille, parti de la droite populiste — pour former une coalition qui disposerait de la majorité au parlement avec plus de 90 sièges sur 150.

Le premier ministre sortant, Peter Pellegrini, de Smer, a reconnu sa défaite. Un départ possible de notre parti dans l'opposition n'est pas vraiment une surprise, a-t-il dit à la presse.

Il s'agit du pire résultat du Smer depuis 2002. Ses alliés nationalistes et du parti de la minorité hongroise n'ont remporté aucun siège.

Le double assassinat de Jan Kuciak et de sa compagne en février 2018 a provoqué une onde de choc dans le pays et alimenté la colère de l'opinion publique contre la corruption. La Slovaquie a été le théâtre de manifestations sans précédent depuis la chute du régime communiste à la fin de l'année 1989, et la pression de la rue a conduit à la démission du premier ministre Robert Fico et de deux de ses ministres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Europe

International