•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maison d’édition Coteau Books fait appel à la Loi sur la faillite

Une affiche de Coteau Books est collée sur une fenêtre.

La maison d'édition Coteau Books s'est mise sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.

Photo : Radio-Canada / Bryan Eneas

Radio-Canada

La maison d’édition Coteau Books de Regina, qui a publié des centaines de titres depuis sa création en 1975, s’est mise sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.

L’annonce, faite dans un communiqué vendredi, souligne que les marges de l'entreprise étaient minces, les profits difficiles et les salaires insuffisamment élevés pour attirer du personnel qualifié.

L’ancienne présidente du conseil d’administration de Coteau Books, Joanne Skidmore, souligne que la fermeture de Coteau Books laissera un vide dans le milieu de l’édition saskatchewanaise.

« Les auteurs auront un endroit de moins pour aller et déclarer “Prenez mon oeuvre et faite-là découvrir au monde », explique-t-elle. Sans oublier que les écoles auront aussi une maison d’édition en moins pour demander qu’elle leur achète des livres pour leurs programmes.

Nous publions des oeuvres d’auteurs autochtones depuis des années. Nous ne pourrons plus le faire.

Une citation de :Joanne Skidmore, Coteau Books

D’après Mme Skidmore, Coteau Books a essayé de s’adapter à la nouvelle réalité de l’industrie du livre, mais en vain. L’entreprise a eu du mal à s’adapter aux livres électroniques, aux changements des imprimeries et le fait que moins de critiques littéraires travaillent dans les médias.

Coteau Books avait été créée autour d'une table de cuisine par quatre auteurs originaires de Moose Jaw. Au fil des années, la société a publié des auteurs qui ont eu des prix, dont ceux du Gouverneur général.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !