•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures pour protéger les caribous dans la réserve faunique des Chic-Chocs

Un caribou dans la neige.

La harde de caribous montagnards de la Gaspésie comptait quelque 70 individus en 2018.

Photo : Getty Images / lightpix

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) demande à la population d’éviter toute activité hivernale au mont Blanche-Lamontagne, dans la réserve faunique des Chic-Chocs, afin de réduire les sources de dérangement du caribou.

Le secteur est fréquenté par de nombreux skieurs et randonneurs en hiver. Les personnes qui contreviennent à cette directive du ministère sont passibles d'une amende minimale de 1825 $.

Des dispositions semblables, soit l'interdiction de fréquenter certains secteurs en raison de la présence de caribous, s’appliquent déjà dans le parc national de la Gaspésie.

Le biologiste du MFFP Mathieu Morin confirme qu’il s’agit d’une première dans la réserve faunique.

Cette mesure se veut adaptative, en fonction des informations qu’on a des signes de présence, des indices d’utilisation de certains secteurs, on pourrait déployer cet avis pour d’autres secteurs , commente le biologiste.

Le troupeau de caribous montagnards de la Gaspésie ne compte plus que 70 individus qui fréquentent principalement trois secteurs, soit le mont Logan, le mont Albert et les monts McGerrigle.

La mesure vise tout particulièrement la protection des petits et de leur mère très vulnérables durant la période hivernale.

À l’heure actuelle, les principaux facteurs limitants pour le caribou de la Gaspésie sont le taux élevé de mortalité des faons, le taux de mortalité relativement important des femelles adultes, le faible effectif de population et le manque d’habitat préférentiel non perturbé.

Une citation de :Extrait du Plan de rétablissement du caribou de la Gaspésie 2019-2029

Ce n’est pas la première fois que les caribous, qui fréquentent habituellement le mont Jacques-Cartier, se retrouvent en hiver dans le secteur des Champs-de-Mars ou du mont Blanche-Lamontagne.

Toutefois, cette année, six faons ont été observés à l’automne dans la petite harde de caribous du mont Jacques-Cartier.

Une harde de caribous.

Une harde de caribous

Photo : Radio-Canada

Ces naissances sont d’autant plus importantes que l’estimation du nombre de caribous de ce groupe est passée de 89 en 2013 à 18 en 2018, selon l’inventaire aérien réalisé chaque automne.

La harde qui fréquente le secteur du mont Blanche-Lamontagne est particulièrement fragile.

Le faible recrutement récurrent depuis 2014 ne suffit vraisemblablement pas à compenser les morts des adultes vieillissants. Une baisse de fertilité des femelles, qui sont en moyenne de plus en plus âgées, est également plausible et pourrait expliquer en partie le faible recrutement, selon l'inventaire aérien de la population de caribous de la Gaspésie à l'automne 2018. (Nouvelle fenêtre)

Pour une espèce classée en voie de disparition selon la Loi sur les espèces en péril, toutes les naissances comptent. Certaines années, seuls un ou deux faons sont repérés. Parfois aucun. C’est très variable d’une année à l’autre , commente M. Morin.

Le caribou est une espèce très sensible aux perturbations, estiment les biologistes. Les recherches démontrent que les activités récréatives peuvent avoir un impact néfaste sur le comportement des animaux.

Exposés au dérangement, la bête pourrait se réfugier dans un habitat moins propice à sa survie.

Ce qu’on observe, ajoute Mathieu Morin, ce sont des déplacements supplémentaires que les animaux doivent faire et, des fois, ils ont des comportements plus vigilants, et pendant ce temps, ne s’alimentent pas.

Un nouvel inventaire aérien du troupeau a été effectué à l’automne 2019. Le biologiste Mathieu Morin ignore quand les données seront rendues publiques. Le travail d’analyse est toujours en cours, dit-il.

En 2018 et en 2019, les résultats avaient été connus avant la fin de l’hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !