•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout converge vers un prolongement sur le tronçon ouest de la ligne orange

Le prolongement de la ligne orange inclurait l'ajout de deux stations après le terminus Côte-Vertu, dont une qui se raccorderait à la station Bois-Franc du Réseau express métropolitain.

Le prolongement de la ligne orange inclurait l'ajout de deux stations après le terminus Côte-Vertu, dont une qui se raccorderait à la station Bois-Franc du Réseau express métropolitain.

Photo : CDPQ Infra

La mairesse de Montréal a demandé mercredi que le prolongement de la ligne orange jusqu’à la gare Bois-Franc dans l’arrondissement de Saint-Laurent soit inscrit au budget du 10 mars. Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) répète depuis des mois qu’il s’agit d’une bonne idée, sans s’y engager. Mais tout indique que ce projet « prioritaire » pour Valérie Plante serait en voie de se réaliser.

Si l’ajout de stations de métro au-delà du terminus Côte-Vertu fait l’objet de discussions depuis une cinquantaine d’années, l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM) change radicalement la donne. Le développement du projet Royalmount dans ce secteur force aussi les gouvernements à trouver des moyens pour y faciliter la mobilité.

Une interconnexion à la future station Bois-Franc du REM devient une voie privilégiée. Le cas échéant, le tunnel de la ligne orange devra être prolongé sur une distance d’un peu plus de deux kilomètres et deux stations pourraient être ajoutées.

Politiquement, la CAQ et la mairesse y trouvent leur compte.

Les utilisateurs du REM, en provenance de la banlieue notamment, auraient un accès plus facile au métro pour circuler sur le territoire montréalais. C’est également une « solution rapide, pas trop chère » pour désengorger la ligne orange du côté est, d’après une source au gouvernement.

Montréal aurait pour sa part de nouvelles stations de métro, et s’assurerait d’une meilleure interconnectivité et répartition des usagers au sein de son réseau de transport en commun; sans parler d’une victoire sur une revendication de longue date, à défaut d’obtenir une ligne rose.

Un projet inscrit au budget?

Depuis juin 2019, le gouvernement du Québec a entre les mains une fiche d’avant-projet de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) qui confirmerait, selon nos informations, la pertinence du prolongement. Le tronçon ouest est d’ailleurs sous-utilisé à l’heure actuelle.

C’est un projet qui peut être intéressant, mais on ne prend pas de décision pour le moment. […] Il faut pousser un peu plus les analyses, voir quels sont les impacts, les coûts. […] Il y a des engagements certains; on va améliorer la mobilité dans la région métropolitaine.

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports

La construction en cours du garage Côte-Vertu de 440 millions de dollars – tout au bout de la ligne orange pour garer davantage de rames de métro et augmenter la fréquence des passages – vise à accueillir un éventuel prolongement. Deux tunnels ont même été entamés à cet effet. Plus encore, les deux haveuses allemandes ayant servi à creuser sous terre sont toujours au Québec… à Châteauguay.

Un plan des dessous de la ligne orange de Montréal.

Sur l'image du haut, le tunnel gris est destiné au retournement des trains et permet de les garer la nuit. Les tunnels verts sont présentement en construction et constitueront le garage Côte-Vertu en 2021. Les tunnels mauves seraient creusés dans l'éventualité d'un prolongement de la ligne orange. Sur l'image du bas, il est possible de percevoir le début des excavations en vue de ce projet.

Photo : STM

Selon le cheminement réglementaire prévu, un mémoire du ministère des Transports découlant de la fiche d’avant-projet de l’ARTM a normalement dû faire l’objet d’une décision au conseil des ministres pour être inscrit, ou non, en tant que projet à l’étude au Plan québécois des infrastructures (PQI). Le PQI de 115,4 milliards de dollars sur dix ans, qui sera, selon toute vraisemblance, bonifié de plusieurs milliards, sera déposé au même moment que le budget.

Le processus de démarrage d’un projet ne s’engage donc qu’à la suite de cette autorisation, mais les perspectives d'un prolongement de la ligne orange semblent favorables alors qu’on nous promet un budget « vert » et des investissements jamais vus en transport collectif.

Mathieu Dion est correspondant parlementaire à Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique provinciale