•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes sont plus décidées que les hommes à agir contre la crise climatique

Un vaste sondage révèle des différences marquées entre les sexes quand il s'agit de réduire l'empreinte carbone.

Une femme fait du canot dans l'Ouest canadien.

82 % des femmes pensent que le Canada devrait être un leader dans la lutte contre les changements climatiques, contre 63 % des hommes.

Photo : Getty Images / stockstudioX

La firme Advanis a interrogé plus de 33 000 Canadiennes et Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Toutes les réponses obtenues démontrent une préoccupation plus grande des femmes pour l'environnement.

L'environnement divise fortement les provinces de l'Ouest et de l'Est du Canada, les dernières élections fédérales l'on démontré. Mais l'enjeu polarise aussi selon le sexe, selon ce sondage dont les résultats viennent d'être publiés.

Le Canada devrait-il être un leader dans la lutte contre les changements climatiques? Du côté des femmes, 82 % sont d'accord, contre 63 % des hommes.

Avant d'agir contre les changements climatiques, encore faut-il reconnaître leur origine. Les Canadiennes sont 79 % à penser que l'humain est le principal responsable des changements climatiques, contre 67 % des Canadiens.

Les trois quarts des femmes déclarent avoir réduit leur empreinte carbone dans la dernière année, contre deux tiers des hommes. Et les Canadiennes sont 69 % à prévoir de réduire encore leur impact cette année, contre 58 % des Canadiens.

Le dossier controversé de la taxe carbone divise aussi les sexes. 52 % des femmes sont en faveur contre 39 % des hommes.

J'ai trouvé ça très éclairant, dit le vice-président d'Advanis, Gary Offenberger. Les décideurs politiques devraient le prendre en compte dans leurs communications.

Les femmes sont aussi plus un peu plus optimistes puisqu'elles sont 41 % à penser que la taxe carbone les encouragera à réduire leur pollution contre 31 % pour les hommes.

Méthodologie

La firme Advanis a interrogé un échantillon aléatoire de 33 000 Canadiens entre novembre 2018 et décembre 2019. Le sondage a été mené sur le web. La marge d'erreur est de plus ou moins 0,5 %, 19 fois sur 20.

Le sondage n'a pas été commandé, mais réalisé à l'initiative de la firme de sondage elle-même.

Des différences selon les provinces

Trois chevalets de pompage à contre-jour.

L'Alberta est la province où les femmes sont les moins en faveur de la taxe carbone, mais toujours plus que les hommes.

Photo : La Presse canadienne / Larry MacDougal

Les Albertains sont 52 % à penser que l'humain est responsable des changements climatiques. Bien loin du Québec (83 %). La province de l'Alberta est aussi l'endroit au Canada où les femmes sont les moins en faveur de la taxe carbone, mais toujours plus que les hommes.

Le vice-président de la firme de sondage, qui vit en Alberta, a une théorie sur le peu d'appui des habitants de la province pétrolière.

Quand vous êtes fumeur, vous essayez de vous convaincre que vous n'avez pas d'impact sur les gens autour de vous. C'est difficile à admettre.

Gary Offenberger, vice-président d'Advanis

Le Nouveau-Brunswick se range aux côtés de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba comme les provinces où les femmes sont les moins en faveur de la taxe carbone, mais davantage que les hommes.

Le Québec est la seule province où une majorité d'hommes appuie la taxe carbone.

En Ontario, la différence entre hommes et femmes est une des plus marquées au pays, avec 15 points de pourcentage de différence.

Exception qui confirme la règle, à Terre-Neuve-et-Labrador, les hommes sont plus nombreux que les femmes à appuyer la taxe carbone (39 % contre 35 %).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Égalité des sexes

Environnement