•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-animateur Martin Pouliot condamné à 21 mois de prison

Martin Pouliot accusé de facultés affaiblies.

Martin Pouliot condamné à 21 mois de prison

Photo : Radio-Canada

L'ex-animateur Martin Pouliot est condamné à 21 mois de prison pour avoir blessé une mère de famille en conduisant avec les facultés affaiblies.

La juge Rachel Gagnon a accepté la peine suggérée par les avocats de la poursuite et de la défense, après que Pouliot eut reconnu sa culpabilité.

Pour la toute première fois depuis le début du processus judiciaire, la victime s'est déplacée pour assister à l'audience.

Sindy St-Jean a dû réapprendre à marcher après la collision, qui lui a causé de multiples fractures au bassin et un traumatisme crânien, entre autres.

La femme revenait de travailler de son quart de soirée comme chauffeuse du RTC lorsque le VUS conduit par Martin Pouliot l'a renversée à l'angle des boulevards Saint-Jacques et Johnny-Parent.

Impact à 94 km/h

L'impact a eu lieu tout près de la portière de madame Saint-Jean quelques centimètres derrière elle, heureusement, a précisé le procureur de la poursuite Jean-Philippe Robitaille.

Me Robitaille a indiqué que le taux d'alcoolémie de Pouliot était de 118 mg/100 ml et que son véhicule de marque Audi filait tout juste avant l'impact à 94 km/h, dans une zone où la limite est de 50 km/h.

Depuis les événements d'octobre 2017, Sindy St-Jean n'a pas été en mesure de reprendre le travail.

Martin Pouliot s'est dit désolé pour elle, lorsqu'il a pris la parole devant le tribunal.

Je pense que si on se connaissait, vous sauriez que c'est contraire à mon ADN de faire du mal aux gens.

Martin Pouliot

Distraction?

Madame Saint-Jean n'a pas souhaité s'adresser aux médias, à la sortie de la salle d'audience, se disant tout simplement soulagée que le processus judiciaire soit terminé.

L'avocat de Martin Pouliot, Me Christian Bélanger, a toutefois donné la version de son client, pour expliquer l'accident. Des documents qui se trouvaient sur son pare-soleil sont tombés sur lui, et il appuyé sur l'accélérateur de façon automatique, inconsciente, a raconté Me Bélanger.

L'avocat assure que son client reconnaît son entière responsabilité et qu'il éprouve des remords sincères.

Fin de carrière

L'ex-animateur n'avait pas d'antécédent judiciaire avant cet événement, qui va vraisemblablement mettre fin à sa carrière.

Ce sera pour lui impossible de continuer un métier qui pour lui, était passionnant évidemment, les portes pour lui en communication sont fermées, dorénavant, constate Me Bélanger.

En plus de la peine d'emprisonnement, Martin Pouliot s'est vu imposer une interdiction de conduire de deux ans.

Son avocat a cependant demandé qu'il puisse réclamer à la SAAQ un antidémarreur éthylométrique afin de pouvoir, un jour, conduire pour le travail.

Chronologie

  • Nuit de samedi à dimanche 1er octobre 2017 : Collision entre deux véhicules à l’angle des boulevards Johnny-Parent et Saint-Jacques, dans le secteur de Neufchâtel, à Québec.
  • Lundi 2 octobre 2017 : Martin Pouliot est accusé de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse causant des lésions à une femme de 37 ans.
  • Vendredi 27 septembre 2019 : L'ancien animateur et chroniqueur est arrêté au volant de son véhicule à 4 h du matin, ce qui contrevient à ses conditions de remise en liberté. La Couronne s’oppose à sa remise en liberté.
  • Mardi 8 octobre 2019 : Martin Pouliot choisit de rester derrière les barreaux dans l'attente de son procès.
  • Vendredi 28 février 2020 : L’ex-animateur plaide coupable. La juge Rachel Gagnon de la Cour du Québec le condamne à une peine de détention de 21 mois dont il reste 13 mois et demi à purger. Il se voit également imposer une interdiction de conduire de deux ans.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Procès et poursuites