•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avenir de la santé : « Tout est sur la table », affirme Blaine Higgs

Blaine Higgs en entrevue devant les drapeaux du Nouveau-Brunswick, du Canada et de l'Acadie.

Le premier ministre Blaine Higgs espère que les communautés auront des solutions à proposer pour relever les défis du système des soins de santé.

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, dit être réceptif à toutes les idées de la population pour relever les défis du système de santé.

Le gouvernement et les deux réseaux de santé de la province ont présenté le 11 février un plan qui a soulevé beaucoup d’opposition parce qu’il prévoyait notamment la fermeture du service des urgences de six hôpitaux en milieu rural durant la nuit et la conversion de 120 lits de soins de courte durée dans ces établissements en lits de soins chroniques de longue durée.

Le plan a été mis en veilleuse cinq jours plus tard. Le gouvernement a annoncé du même coup qu’il consultera les six collectivités concernées, en avril et en mai, et qu’il y aura un sommet en juin pour formuler une stratégie provinciale.

Tout est sur la table quant aux consultations, affirme Blaine Higgs dans une entrevue accordée vendredi.

Le but des consultations, explique-t-il, est de rencontrer les gens, les élus municipaux et les professionnels de la santé dans ces communautés pour discuter des défis du système des soins de santé et du rôle que ces personnes peuvent jouer pour trouver des solutions.

Les hôpitaux, rappelle-t-il à titre d’exemple, sont engorgés parce qu’il soignent des personnes qui attendent une place dans un foyer de soins. Il arrive que des patients doivent attendre pendant des années l'occasion de consulter un spécialiste, ajoute-t-il.

Il faut trouver des solutions aux défis actuels pour assurer l’avenir des soins de santé, souligne Blaine Higgs. Une réforme est absolument nécessaire, selon lui.

Groupe de personnes brandissant des pancartes sur lesquelles on peut lire « Non à la fermeture de notre urgence! »

Des manifestations ont eu lieu devant des hôpitaux visés par la fermeture des urgences durant la nuit, comme celui-ci à Sainte-Anne-de-Kent le 17 février.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Il est possible que l’idée de fermer des urgences la nuit soit définitivement abandonnée à la suite des consultations, reconnaît le premier ministre. Il dit être réceptif à toute autre solution qui sera proposée.

Le premier ministre assure qu’il aurait mis le plan en veilleuse même s’il dirigeait un gouvernement majoritaire. Avec ce que j’ai vu comme réaction dans les communautés, nous aurions fait une pause quand même, dit-il.

Blaine Higgs fait-il toujours confiance aux présidents-directeurs généraux des réseaux de santé Vitalité et Horizon après les réactions du public? Il dit se réjouir du fait que les deux PDG étaient sur la même longueur d'onde durant les discussions qui ont mené au plan de réforme. Il tient à cette solidarité qui, selon lui, est déterminante pour des soins de santé de haute qualité dans la province.

Les petits hôpitaux touchés par le plan de réforme mis en veilleuse sont ceux de Caraquet, Grand-Sault, Perth-Andover, Sackville, Sainte-Anne-de-Kent et Sussex.

Avec des renseignements de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !