•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UQAR reçoit 1 M$ pour étudier l’érosion côtière à Sept-Îles

L'érosion des berges du secteur Clarke, à Sept-Îles, à la suite de la tempête du 30 décembre 2016

L'érosion des berges du secteur Clarke, à Sept-Îles, à la suite de la tempête du 30 décembre 2016.

Photo : Radio-Canada / Marika Wheeler

Radio-Canada

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) reçoit un million de dollars de la part du ministère de la Sécurité publique pour étudier l’érosion et la submersion côtières le long des côtes de Sept-Îles.

Dans le cadre de cette entente, l’UQAR va étudier les 150 kilomètres du littoral septilien pendant trois ans. L’objectif de cette étude est d’identifier et d’analyser les différents scénarios de submersion et d’érosion auxquels la région pourrait faire face, a expliqué le professeur et titulaire à la chaire de recherche en géoscience côtière à l'Université du Québec à Rimouski, Pascal Bernatchez, au micro de l'émission Bonjour la Côte.

L'étude devrait débuter en mai. Une quinzaine d’instruments seront déployés un peu partout sur le territoire pour mesurer les niveaux d’eau, les vagues, les courants et le transport des sédiments. Des caméras vidéo seront aussi installées pour observer en continu la topographie des plages.

Les données recueillies avec ces instruments vont permettre de développer un modèle numérique pour faire des prévisions. Ce modèle numérique permettra à la Ville de Sept-Îles et au ministère de la Sécurité publique de prévoir et de quantifier la vitesse de la hausse du niveau de la mer, de la réduction du couvert de glace ainsi que les changements dans les tempêtes.

Un exemple de l'érosion des berges en Côte-Nord.

Un exemple de l'érosion des berges sur la Côte-Nord (archives)

Photo : Jacques Gélineau

Avec ces données, les autorités pourront mieux identifier les solutions à mettre en action pour limiter les impacts de l’érosion et de la submersion côtières.

Actuellement, 31 % des côtes de la Côte-Nord sont à risque de submersion et le phénomène prend de plus en plus d’ampleur. Par contre, le littoral de Sept-Îles présente des caractéristiques particulières, explique Pascal Bernatchez.

Ce qui est particulier sur le littoral de Sept-Îles, c’est qu’il y a des cycles d’érosion et d’accumulation. Tout ça est en mouvement et il y a des bancs de sable au large, qui ont un impact sur les niveaux de submersion.

Pour bien comprendre le phénomène, il faudra l’étudier pendant plusieurs saisons et plusieurs années, ajoute Pascal Bernatchez.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Protection des écosystèmes