•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accord « historique » entre Rio Tinto et la Première Nation de Cheslatta Carrier

Des hommes sont dans un bateau sur un lac. On voit des arbres qui percent la surface de l'eau.

La création du réservoir Nechako en 1952, dans le nord de la Colombie-Britannique, a forcé la relocalisation des membres de la Première Nation de Cheslatta Carrier.

Photo : Radio-Canada

Timothé Matte-Bergeron

La Première Nation de Cheslatta Carrier, dans le nord de la Colombie-Britannique, a conclu un accord « historique » avec la multinationale de l’aluminium Rio Tinto, près de 70 ans après la construction d’un barrage qui a inondé le territoire traditionnel des Cheslatta et forcé leur déplacement.

[Cet accord] est un pas significatif et important pour une nouvelle relation avec Rio Tinto, affirme la chef Corrina Leween, dont la mère et la grand-mère ont été contraintes, à deux semaines de préavis, en 1952, de quitter leur maison après la construction du barrage Kenney, sur la rivière Nechako, à environ 200 kilomètres de Prince George.

Les maisons ont été brûlées pour que leurs habitants ne reviennent pas, puis l’eau a commencé à monter, raconte Corrina Leween en entrevue à l’émission Daybreak North, de CBC, affirmant que c'était des jours sombres pour sa communauté.

La création du réservoir Nechako, dans le but d’alimenter en électricité l’aluminerie Alcan de Kitimat (maintenant propriété de Rio Tinto), a détruit le village de la Première Nation Cheslatta Carrier, dont une église et le cimetière, sans consultation préalable avec ses membres.

Les effets de ce traumatisme se font encore sentir jusqu’à ce jour, explique Corrina Leween.

Des forêts et un lac, avec un barrage au centre, des montagnes en arrière-plan.

Le barrage Kenney et le réservoir Nechako, dans le nord de la Colombie-Britannique

Photo : Rio Tinto

Emplois, stages et bourses d’études

L’accord avec Rio Tinto prévoit des garanties d’emploi dans la région et des stages au sein de la compagnie pour des membres de la Première Nation.

Un fonds sera aussi créé pour financer les études d’élèves et d’étudiants issus de la communauté, qui compte environ 360 membres, dont un peu moins de 150 vivent dans la réserve.

Le directeur général de Rio Tinto Aluminium, Alf Barrios, se félicite de la conclusion de cet accord historique. Ce partenariat offre une certitude à long terme entre la nation Cheslatta Carrier et les opérations hydroélectriques de Rio Tinto dans le bassin versant de la Nechako.

Le vrai travail commence maintenant, affirme Corrina Leween, pour l’implantation [de l’accord] dans notre communauté.

Il y a un an, la Première Nation a obtenu réparation de la part du gouvernement de la Colombie-Britannique, qui s’est engagé à lui verser 4 millions de dollars sur 10 ans pour corriger un tort historique.

Avec des informations de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Autochtones