•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joli Rouge : du cidre fait à Saguenay

Une canette de cidre Joli Rouge

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon

Après 10 ans d’efforts, trois entrepreneurs de la région lancent le tout premier cidre sec produit ici même, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, et distribué en cannette.

Avec le Joli Rouge, les propriétaires de la cidrerie espèrent conquérir les marchés québécois et canadien et développer d’autres produits en collaboration avec des entreprises du terroir.

Les musiciens du groupe britanno-colombien The Dreadnoughts, composé d’amateurs de cidre, ont donné la piqûre pour cette boisson à leur ami et cofondateur de Joli Rouge, Frédérick Simard.

Après moult essais et erreurs, le rêve devient réalité pour celui qui gravite dans l’univers de la musique depuis toujours. Avec ses associés Éric Dallaire et Marc-Olivier Fortin, il voit la première mouture de ce cidre régional prendre le chemin des tablettes.

Une chanson de The Dreadnoughts se trouve au cœur de la campagne promotionnelle.

Quand ils ont goûté à notre cidre, en fait, ils ont capoté. Ils ont dit : "On veut travailler avec vous, on veut vous aider" et, finalement, ils en ont fait une chanson, explique le président de l’entreprise, Marc-Olivier Fortin.

Trois hommes tiennent des canettes de cidre en souriant.

Frédérick Simard et Marc-Olivier Fortin, de Joli Rouge, entourent Tim Warren, de Cask Global Canning Solutions.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Les paroles mettent en valeur le liquide aux effluves de pommes, mais aussi les splendeurs du Saguenay. Une tribune exceptionnelle pour la petite cidrerie, qui mise sur un marketing original où la pomme et la piraterie occupent une place de choix.

On dit dans les légendes que le premier bateau de pirates était français, puis son pavillon était rouge. On l’appelait le Joli Rouge et les Anglais, en déformation, quand ils les voyaient disaient : "C’est le Jolly Roger". Le monde avait bien peur des pirates et tout ça. C’est maintenant le fameux bateau de pirates avec la tête de mort qu’on connaît, c’est devenu le Jolly Roger, alors nous, on s’est dit qu’on allait s’appeler Joli Rouge comme le premier bateau de pirates. On est la première cidrerie en région et, évidemment, il y a tout le côté rouge avec la pomme et tout ça, raconte Marc-Olivier Fortin.

Il s'agit d'un cidre effervescent et sec, de quoi plaire aux amateurs, croient les promoteurs.

C’est ça qui va le rendre intéressant. On est tous dans le créneau agroboréal, bien là, on fait du cidre ici et éventuellement, on va faire beaucoup de collaborations avec des produits régionaux, poursuit le président.

Pour respecter les plus hauts standards de qualité en vue de la première livraison, Joli Rouge a fait appel à un spécialiste de l’Ouest, qui a passé trois jours dans les locaux de la cidrerie.

La compagnie Cask Global Canning Solutions a fourni de l’équipement à Joli Rouge. Son technicien a été séduit par le cidre local.

Je ne bois pas beaucoup de cidre, mais j’ai été très impressionné avec ça. C’est vraiment un bon goût. Je vais ramener quelques canettes avec moi à Calgary, je pense, confie Tim Warren.

Initialement, 15 000 cannettes du cidre fait à partir de pommes cultivées en Montérégie seront produites chaque mois. La petite compagnie aimerait un jour posséder ses propres vergers au Saguenay.

On a une terre où éventuellement on va pouvoir faire des tests. Je sais que, dans la région, il y a des gens aussi qui commencent à faire la production de pommes, note Marc-Olivier Fortin.

Le cidre Joli Rouge sera en vente dès vendredi, d’abord exclusivement au marché centre-ville de Chicoutimi. Au cours des prochains jours, le produit se fraiera un chemin sur les tablettes d’autres commerces, histoire de combler les attentes de plus en plus grandissantes d’une clientèle avide de découvertes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Entrepreneuriat