•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'excuses de Legault au sujet des AK-47 à Kahnawake

Des Autochtones derrière des planches de bois et des murets de béton constituant une barricade.

Les Mohawks ont renforcé leurs barricades à Kahnawake au cours de la semaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec n’a pas l’intention de s’excuser des propos qu’il a tenus mercredi sur la présence d’armes d'assaut de type AK-47 sur le territoire de Kahnawake, au sud de Montréal.

Prononcés à brûle-pourpoint en pleine mêlée de presse mercredi par François Legault, ces propos ont tout de suite fait réagir la communauté mohawk, avant de la pousser à demander des excuses, jeudi.

Le premier ministre pourrait présenter des excuses pour sa déclaration, et peut-être par la suite on aurait de meilleures relations entre nous. Plutôt que d’insinuer qu’on est armés et des hors-la-loi, a déclaré le secrétaire de la nation mohawk de Kahnawake, Kenneth Deer, jeudi.

Mais le bureau du premier ministre a eu cette réponse.

Le premier ministre ne fournira pas d’excuses. C’est un sujet très délicat, mais le premier ministre a tenu à informer les Québécois. La vérité a ses droits. On réitère l’urgence pour le gouvernement fédéral de résoudre la crise.

Déclaration du bureau de François Legault

Jeudi, le gouvernement Legault a dépêché l'ex-porte-parole du Service de police de Montréal et adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique, Ian Lafrenière, pour expliquer les propos de son patron.

Sur les ondes d'ICI RDI, le député de Vachon a tenu à préciser que François Legault n'a pas dit que les personnes présentes à la barricade de Kahnawake étaient armées, mais plutôt que des armes se trouvaient sur le territoire mohawk.

En aucun temps, le premier ministre n'a dit que les gens étaient armés sur les barricades. Il a dit que certaines personnes avaient accès à des armes à feu, a-t-il précisé.

À Kahnawake, des militants ont élevé une barricade sur la voie ferrée il y a 17 jours en soutien aux chefs héréditaires wet’suwet’en. François Legault avait évoqué mercredi la présence d'armes offensives sur le territoire afin d'expliquer pourquoi l'injonction obtenue mardi par le Canadien Pacifique pour démanteler la barricade n'avait pas encore été signifiée.

Les manifestants n'ont donc toujours pas reçu l'avis d'injonction et ont depuis fortifié leurs barricades.

Avec les informations de Fannie Bussières McNicoll

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique