•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GNL Québec : le nom du président de la commission du BAPE dévoilé

Deux commissaires assis devant une affiche du BAPE.

Denis Bergeron, à gauche, avait présidé la commission d'enquête du BAPE sur la ligne hydroélectrique Micoua-Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Denis Bergeron sera le président de la commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur GNL Québec. Il avait aussi présidé la commission sur la ligne Micoua-Saguenay d'Hydro-Québec au printemps 2019.

L'information se trouvait dans un communiqué du BAPE annonçant une rencontre préparatoire concernant le projet qui vise à construire une usine de liquéfaction de gaz naturel à La Baie.

Cette rencontre se tiendra le 4 mars à 19 h à l'hôtel Le Montagnais.

Son but est d'informer la population quant au déroulement des audiences publiques qui doivent commencer le 16 mars. La salle réservée pour cette étape sera annoncée dans un communiqué subséquent.

L'idée est d'aider les citoyens qui veulent participer à se préparer adéquatement.

Les commissaires

Denis Bergeron est un membre permanent du BAPE. Selon sa fiche biographique sur le site de l'organisme d'évaluation environnementale, il détient une formation en communication. Il a été conseiller aux recherches et politiques à la Fédération québécoise des municipalités de 2004 à 2011. À ce titre, il avait la responsabilité de coordonner les dossiers environnementaux et de développement durable, est-il précisé. Il a aussi été vérificateur consultant pour l’Association canadienne de l’industrie de la chimie (ACIC) de 1995 à 2011.

Dans le cadre de la commission sur GNL Québec, il sera épaulé par le commissaire Laurent Pilotto qui possède une maîtrise en science économique. Il a notamment occupé le poste de directeur, gaz naturel et produits pétroliers à la Régie de l'énergie du Québec, de 2010 à 2013, et directeur, gaz naturel et efficacité énergétique au même endroit, de 2008 à 2010.

Documents disponibles

L’ensemble du dossier est disponible en format électronique (Nouvelle fenêtre) sur le site du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Ils sont également disponibles en format papier aux bibliothèques de Chicoutimi et de La Baie.

Manifestation d'appui

Par ailleurs, l'instigateur d'une pétition en faveur des grands projets Pierre Charbonneau et l'organisme « Je crois en ma région » convient la population du Saguenay–Lac-Saint-Jean à une grande manifestation publique le 28 mars. C'est ce qui a été annoncé lors d'un point de presse jeudi matin. Ils attendent de 2000 à 3000 personnes à cette marche qui partira de l'UQAC pour se rendre au centre-ville de Chicoutimi. L'ingénieur et chargé de cours à l'UQAC veut démontrer que l'opinion publique est en faveur de GNL Québec et des autres grands projets, ce qui encourage les investisseurs.

Les marchés financiers regardent ce qui se passe dans l'actualité des territoires. Et puis je peux vous dire que, pour les démarches citoyennes, ils entendent seulement du négativisme qui se passe dans les médias. Qu'ils voient quelque chose de positif, ça ne passe pas inaperçu, je peux vous le garantir.

Pierre Charbonneau

Pierre Charbonneau avait recueilli 12 500 noms avec sa pétition en faveur des grands projets; la page Facebook Pour GNL Québec à Saguenay compte quant à elle 37 500 membres.

Lors du même événement, le président d'Alliage 02, Sylvain Morin, a été présenté comme nouveau porte-parole de « Je crois en ma région ». Il entend poursuivre la mission amorcée par l'ancienne députée néo-démocrate Karine Trudel pour défendre les grands projets industriels dans la région.

Honnêtement, présentement, nous, c'est les ressources qu'on a à l'interne qu'on utilise pour les communications, mais il n'y a pas de chèque qui va se faire. [...] Je suis bénévole pour faire ça.

Sylvain Morin, nouveau porte-parole de « Je crois en ma région »

Sylvain Morin précise que son organisation, issue de la fusion de la Société des fabricants régionaux et de l'Association des entreprises du parc industriel du Haut-Saguenay, ne touche aucune subvention pour soutenir GNL Québec et les autres projets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !