•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Palmarolle aura sa maison des aînés

Chargement de l’image

Suzanne Blais, députée d'Abitibi-Ouest, a procédé à une annonce concernant l'hébergement et les soins de longue durée à Palmarolle cet après-midi.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Piel Côté
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les citoyens de Palmarolle la réclamaient depuis déjà plusieurs mois et le ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, Pierre Dufour, l'a confirmé jeudi après-midi : il y aura une maison des aînés dans cette municipalité d’Abitibi-Ouest.

D'ici 2022, Québec mettra en place 45 maisons des aînés dans la province, un investissement d'environ 2,6 milliards de dollars. Celle de Palmarolle fera partie de cette première vague de construction. Cette résidence de 24 places remplacera le centre d’hébergement et de soins longue durée (CHSLD), qui avait dû être fermé en 2018 en raison de défauts structurels.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) avait été contraint de prendre cette décision, à l'époque, par mesure de sécurité. Un rapport de la firme d'ingénieurs WSP recommandait cette fermeture parce que le bâtiment et sa dalle de béton étaient en train de s'effondrer.

Une maison plus adaptée

Le nouveau projet de Palmarolle coûtera entre 13 et 15 millions de dollars, selon les évaluations préliminaires du Centre intégré de santé et de services sociaux. Le ministre responsable de la région, Pierre Dufour, espère que le projet pourra débuter d'ici la fin de l'année.

Chargement de l’image

Caroline Roy, directrice générale du Centre de santé et services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue, Pierre Dufour, ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue, et Suzanne Blais, députée d'Abitibi-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

La présidente-directrice générale du CISSSAT, Caroline Roy, explique que la maison des aînés de Palmarolle sera réservée aux gens souffrant de troubles neuro-cognitifs, comme de la démence, par exemple.À domicile, c'est difficile pour la famille et en famille d'accueil également. En CHSLD, ce n'est clairement pas l'endroit optimal pour pouvoir les accueillir. , explique-t-elle.

« Ce concept va être conçu pour eux, avec des petites unités qui se rapprochent davantage d'un domicile que d'un lieu d'hébergement, que ce soit physiquement ou visuellement. »

— Une citation de  La présidente-directrice générale du CISSSAT, Caroline Roy

Les gens qui profiteront de ces services souffriront peut-être de la maladie d'Alzheimer, précise Mme Roy. Ça pourrait être des gens qui ont besoin de repères dans leur environnement ou qui ont des problèmes de mémoire. Ce sont des gens souvent très mobiles, qui peuvent faire de l'errance, dont les comportements peuvent être perturbateurs.

La communauté se réjouit

La présidente du comité de citoyens de la maison des aînés, Aline Bégin, est heureuse de la construction du nouveau bâtiment. Je suis très contente de voir qu'il y a des conséquences positives et que les engagements ont été au rendez-vous, dit-elle. La population aurait été extrêmement déçue si ça n'avait pas fonctionné, car il y a eu beaucoup de rencontres citoyennes, alors nous sommes bien heureux et Suzanne Blais a fait du bon travail avec ses représentations à Québec.

À un certain moment, le transfert des aînés à Macamic et à La Sarre était envisagé, alors Aline Bégin se réjouit également de la construction d'un nouveau bâtiment à Palmarolle. On veut garder les gens le plus longtemps chez eux, mais lorsqu'ils sont rendus à la maison des aînés, c'est qu'ils ont vraiment besoin d'accompagnement, souligne Aline Bégin.

L'emplacement exact de la maison des aînés à Palmarolle reste encore à déterminer. Huit lieux possibles sont actuellement à l'étude. L'ancien centre d'hébergement et de soins de longue durée de Palmarolle sera quant à lui détruit sous peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !