•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de développement de La Broquerie est approuvé avec des conditions

Le bâtiment de la municipalité rurale de La Broquerie.

L'approbation du plan par la province est assortie de certaines restrictions.

Photo : Radio-Canada

Le plan de développement de la Municipalité rurale de La Broquerie a franchi une étape importante. Il a été approuvé par la province. Toutefois, cette approbation est assortie de certaines restrictions.

Le dossier était sur le bureau de la ministre des Relations avec les municipalités, Rochelle Squires, depuis plusieurs mois. La province a donné son feu vert au plan la semaine dernière.

Le conseiller municipal de La Broquerie, Ivan Normandeau, se réjouit de cette décision. Selon lui, grâce à cette approbation, les promoteurs immobiliers peuvent commencer à réaliser de nouvelles constructions.

Un homme souriant qui regarde droit devant.

Ivan Normandeau, conseiller municipal de La Broquerie

Photo : AMBM / Jeremy Dueck

L'agent de développement à la Société de développement communautaire et économique de La Broquerie, Richard Turenne, reconnaît aussi l'importance de ce nouveau pas qui a été franchi.

Le zonage et les endroits désignés pour du développement résidentiel, industriel, commercial ou agricole sont tous régis par ces plans, dit Richard Turenne. Donc, afin d'assurer une bonne planification civique ou pour faire affaire dans une communauté, ces plans sont essentiels.

Il ajoute que l'approbation du plan ouvre la voie à de nouvelles occasions d'affaires pour la municipalité.

Il y a plusieurs occasions d'investissement de la part de nouveaux arrivants et même d'autres pays parce que le monde est devenu si petit. Or, si on n'est pas prêt, avec la main sur la pelle, on risque de rater ces occasions, estime Richard Turenne.

Il ajoute que ces choses ne puissent se faire sans ce plan de développement, parce que la Municipalité a les mains liées.

Là, on pousse un soupir. On peut voir ce qu'on pourrait faire et planifier afin d'attirer des investisseurs potentiels, pour développer des commerces et des industries, affirme M. Turenne.

L'approbation du plan par la province est cependant assortie de restrictions, dont celle ayant trait à la zone litigieuse entre la Municipalité rurale de La Broquerie et sa voisine, Steinbach.

Le plan de développement a été approuvé, mais la condition, c'est qu'on ne peut faire aucun développement dans cette zone de transition, précise Ivan Normandeau.

Un différend qui ne date pas d'hier

Cet accord conclu il y a plus d'une décennie stipule que la Ville de Steinbach a autorité sur les projets de développement dans cette zone, qui s'étend sur 3 kilomètres à l'intérieur du territoire de La Broquerie.

La Broquerie doit obtenir au préalable l'approbation de sa voisine pour y réaliser des constructions.

Une maison neuve.

L'approbation du plan ouvre la voie à de nouvelles occasions d'affaires pour La Broquerie, selon Richard Turenne.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Aujourd'hui encore, Richard Turenne ne comprend toujours pas ce qui a mené à la conclusion de cette entente.

Pour la Ville de Steinbach, c'est probablement pour avoir un contrôle sur ce qui pourrait arriver le long de sa frontière, mais pour nous, il est difficile de comprendre pourquoi Steinbach a un veto final sur ce qu'on pourrait proposer comme projets résidentiels, commerciaux et industriels et qui pourrait bénéficier aux deux parties, explique-t-il.

Un homme seul qui sourit.

Richard Turenne, agent de développement à la Société de développement communautaire et économique de La Broquerie.

Photo : Richard Turenne

Il dit que, pour la Municipalité de La Broquerie, cela pourrait contribuer à la création d'entreprises tout en assurant du personnel pour celles de Steinbach, en raison de la proximité des deux communautés.

Comment résoudre ce différend, se demande Richard Turenne. D'après Ivan Normandeau, le conseil municipal de La Broquerie doit se réunir le 19 mars pour discuter de cette question.

Il faut rencontrer la Ville de Steinbach pour voir si on peut trouver une solution ensemble, sinon il va falloir retourner chez la ministre des Relations avec les municipalités pour voir quelles seraient les prochaines étapes, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique municipale