•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mâchoire, point tournant de l'évolution humaine ?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des chercheurs américains estiment que la taille de la mâchoire humaine aurait diminué il y a 2,4 millions d'années pour laisser plus de place au développement du cerveau.

Les résultats d'une étude sur les origines de l'humain risquent de créer la polémique. Des chercheurs américains de l'université de Pennsylvanie estiment que la taille de notre mâchoire aurait diminué il y a 2,4 millions d'années pour laisser plus de place au développement du cerveau.

Cette mutation génétique aurait amené la disparition de muscles puissants qui retenaient la mâchoire et aurait permis l'élargissement du crâne et le développement d'un cerveau plus gros.

L'équipe a comparé le génome de différents primates avec ceux d'humains modernes. Elle a constaté que tous les humains possèdent une mutation sur le gène MYH16 qui joue un rôle dans la formation et le développement des muscles de la mâchoire chez les primates.

Ce changement, survenu en Afrique orientale, expliquerait pourquoi le cerveau humain est devenu plus gros que celui du singe et aurait amené les premiers humains à se différencier des singes. Ces derniers, y compris le chimpanzé le plus proche génétiquement de l'humain, auraient toujours le gène initial.

La communauté scientifique est divisée sur ces résultats. Certains scientifiques les trouvent conformes aux indices fossiles retrouvés alors que d'autres les jugent contraires aux lois de l'évolution et estiment ce genre de mutation sans grande conséquence.

Les résultats complets sont publiés dans la revue Nature.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.