•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nucléaire : la Libye signe le Traité de non-prolifération

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Poursuivant sa politique d'ouverture, le gouvernement libyen a signé le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire qui permet des inspections surprises des installations nucléaires du pays.

La Libye a franchi, mercredi, une nouvelle étape vers sa réintégration dans la communauté internationale en signant, à Vienne, le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire.

Cette adhésion au traité permettra désormais à des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de mener des inspections surprises et plus poussées des installations nucléaires libyennes.

En décembre dernier, le gouvernement de Mouamar Khadafi a annoncé qu'il renonçait à tous ses programmes d'armes de destruction massive, après neuf mois de négociations secrètes avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

La Libye a obtenu en échange de son adhésion au Traité de non-prolifération des avantages politiques, économiques et militaires, ainsi que la fin de son isolement international.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.