•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robin Wortman passera cinq ans en prison pour avoir exploité de jeunes garçons vulnérables

Robin Wortman sort des portes de la Cour provinciale avec son avocat.

Robin Wortman a admis avoir consommé de la méthamphétamine avec des adolescents, mais a nié être coupable de viol.

Photo : Radio-Canada / Meghan Grant

Radio-Canada

L'ancien administrateur de la Fondation des sans-abri de Calgary, Robin Wortman, a été condamné à cinq ans de prison pour avoir exploité des adolescents vulnérables et toxicomanes à des fins sexuelles.

En août, l'homme de 65 ans a plaidé coupable à l'accusation de leurre d'enfants pour leur exploitation. Il a aussi plaidé coupable à deux accusations de pornographie juvénile et de trafic de drogue.

En tout, le dossier de Robin Wortman compte neuf victimes mineures.

En plus d'une peine de cinq ans, le juge de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta, Blair Nixon, affirmait mercredi que le nom de Robin Wortman restera dans le registre des délinquants sexuels jusqu'à la fin de ses jours.

« Cette punition à vie qu'a ajoutée le juge Nixon apportera un certain confort à la communauté qui pourra se protéger contre son comportement prédateur », a souligné la procureure, Donna Spaner.

En utilisant son rôle de « figure paternelle », Robin Wortman a exploité des personnes qui avaient des dizaines d'années de moins que lui, a écrit Donna Spaner dans un mémoire juridique.

Le coupable s'est servi des médias sociaux et de la messagerie texte pour communiquer avec des garçons, dont certains étaient sans-abri et toxicomanes, pour les encourager à avoir des relations sexuelles avec lui ou à consommer des stupéfiants.

Dans un cas en particulier, il a profité de la dépendance d'une victime pour faciliter une relation sexuelle.

Robin Wortman a filmé ses victimes. Dans ses recherches, la police a aussi trouvé des centaines d'autres images de jeunes personnes nues ou en train de se livrer à des activités sexuelles.

Avec les informations de Meghan Grant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Procès et poursuites