•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec augmente par décret le salaire de 15 000 travailleurs

Un pneu monté sur une jante de roue.

Des garagistes s'affairent à une opération de pose de pneus d'hiver.

Photo : Radio-Canada / Conrad Fournier

La Presse canadienne

Au Québec, près de 15 000 travailleurs dans deux industries, celle de l'entretien d'édifices et celle des services automobiles, toucheront bientôt les augmentations de salaire qu'ils attendaient.

Près de 15 000 travailleurs dans deux industries, celle de l'entretien d'édifices et celle des services automobiles, toucheront bientôt les augmentations de salaire qu'ils attendaient.

Le conseil des ministres vient en effet d'adopter deux décrets de convention collective qui touchent, dans un cas, près de 8000 travailleurs dans l'entretien d'édifices publics des régions suivantes : Mauricie, Estrie, Abitibi, Gaspésie, Québec, Saguenay, Côte-Nord, Bas-Saint-Laurent. Dans l'autre cas, ce sont 6500 travailleurs des services automobiles pour les régions de Lanaudière-Laurentides qui sont visés.

Ces décrets concernent tant les syndiqués que les non-syndiqués.

Le principe des décrets est de donner de meilleures conditions de travail aux salariés d'un secteur ou d'une région et de protéger les employeurs contre la concurrence déloyale.

Dans le cas des salariés de l'entretien d'édifices publics, les augmentations de salaire seront d'environ 2,6 % par année jusqu'en novembre 2025. Ce décret prévoit également l'implantation d'un régime enregistré d'épargne retraite collectif. Il bonifie aussi les vacances.

Dans le cas des salariés des services automobiles pour Lanaudière-Laurentides, le décret prévoit des augmentations de l'ordre de 2,6 % par année jusqu'en mars 2023.

Ces décrets doivent entrer en vigueur le 11 mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie