•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures renforcées pour la protection des baleines noires

Une baleine et un baleineau dans l'océan.

Les principales menaces qui pèsent sur l’espèce comprennent les collisions avec des navires et les engins de pêche, dans lesquels les baleines s'empêtrent.

Photo : Clearwater Marine Aquarium / Twitter

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral modifie son protocole de fermeture des zones de pêches dans le golfe du Saint-Laurent pour protéger les baleines noires, menacées de disparition. Contrairement aux années précédentes, où plusieurs zones étaient fermées dès le début de la saison, l'interdiction de pêcher entrera en vigueur seulement si une baleine noire est détectée dans une zone.

La fermeture pourrait durer toute la saison s'il le faut. Le but est d'éviter que les baleines s'empêtrent dans des engins de pêche. Les pêcheurs devront respecter de nouvelles exigences en matière de marquage de leur équipement.

Des zones de fermeture temporaire de la pêche pourraient aussi être créées dans la baie de Fundy cette année.

Les pêcheurs satisfaits

Cette mesure réjouit les pêcheurs, qui disent avoir été entendus.

Je pense qu'on a été entendu là-dedans, puis ça va être des mesures positives parce que tout le monde, en fin de compte, on veut bien pêcher. Le ministère veut ça, l'industrie veut ça. Tout le monde veut qu'on puisse être capable de pratiquer cette pêche-là, évidemment sans causer de dégât, expose Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels.

Dans le milieu, on estime que le nouveau plan est mieux adapté au mouvement des baleines tout en respectant les besoins de l'industrie de la pêche.

Moi je pense que c'est une très bonne façon de protéger encore plus ces baleines, de les suivre ces mouvements au lieu de dire ''voici le carré que les baleines doivent être dedans et là on se fait avoir quand les baleines sont pas là'', croit Serge Cormier, député d'Acadie—Bathurst.

D’autres modifications des engins de pêche seront exigées à compter de 2021. La ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Bernadette Jordan, remercie les pêcheurs pour leur collaboration.

Une baleine noire empêtrée dans un lourd cordage.

Une baleine noire empêtrée dans un lourd cordage. (archive)

Photo : Gracieuseté : International fund for animal welfare

L’experte Lyne Morissette juge que les mesures annoncées sont positives et que les autorités fédérales écoutent de plus en plus les pêcheurs.

Ça va cibler des zones qui sont plus critiques tout en permettant de pêcher un maximum avant que les baleines arrivent, puis de peaufiner les méthodes de détection pour que lorsqu’elles sont là on les protège. Mais lorsqu’elles n’y sont pas, on permet à cette industrie-là d’opérer le plus possible pour ne pas être une menace, souligne la biologiste Lyne Morissette, chercheuse en écologie marine chez M. - Expertise marine.

La ministre Jordan dit penser que les nouvelles mesures seront satisfaisantes aux yeux des autorités américaines, qui subissent une pression pour imposer un embargo sur le crabe des neiges canadien. Des intervenants aux États-Unis estiment que le Canada n'en fait pas assez pour protéger la baleine noire.

Réduction de vitesse pour les navires

Transports Canada imposera à nouveau des mesures aux navires de plus de 13 mètres de long pour réduire les risques de collision avec des baleines.

Une limite de vitesse obligatoire de dix nœuds sera à nouveau en vigueur dans l’ouest du golfe du Saint-Laurent.

Une nouvelle zone de restriction sera établie dans la vallée de Shediac. Les navires devront l’éviter ou y réduire leur vitesse à huit nœuds. De plus, un ralentissement volontaire à dix nœuds sera à l’essai dans le détroit de Cabot à certains moments de la saison.

Lyne Morissette réagit aux nouvelles mesures de protection pour la baleine noire de l'Atlantique

Les navires pourront circuler à une vitesse opérationnelle sécuritaire dans les portions des voies de navigation situées au nord et au sud de l’île d’Anticosti, si aucune baleine noire de l’Atlantique Nord n’y est détectée.

La baleine noire de l’Atlantique Nord est en voie de disparition et il n’en reste qu’environ 400 dans le monde, rappelle le fédéral.

On n’est à l’abri d’aucune mortalité. Ce n’est pas parce que les mesures sont de plus en plus efficaces qu’on peut nécessairement enrayer toutes les mortalités qu’on pourrait avoir dans le golfe du Saint-Laurent, ajoute Lyne Morissette.

Des ports déglacés « le plus tôt possible »

L’entreprise G X Technology Canada a remporté l'appel d’offres du fédéral pour ouvrir à la pêche printanière les ports de la Péninsule acadienne, de la baie des Chaleurs et du détroit de Northumberland.

Le gouvernement fédéral s’attend ainsi à ce que la pêche au crabe puisse commencer le plus tôt possible, de façon sécuritaire, avant l'arrivée des baleines dans le sud du golfe du Saint-Laurent.

La valeur du contrat s'élève à près de 600 000 $.

« Chaque mort est une mort de trop »

L'Ecology Action Centre (EAC) estime que ces mesures sont un bon début, mais il reste inquiet du taux de mortalité élevé et souhaite la mise en place d’un plan d’urgence en cas de nouvelle mort.

Des mesures d'urgence ont été ajoutées à mi-chemin de la saison, et seulement après un certain délai, déplore Shannon Arnold, coordonnatrice du programme marin du EAC.

Nous voulons nous assurer que le gouvernement est prêt à réagir rapidement en cas d'échec des mesures annoncées, ajoute-t-elle.

Avec des renseignements de Sophie Désautels

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !