•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba aux prises avec l’héritage du magnat de la mode Peter Nygard

Il a passé des décennies à faire en sorte que tout le monde au Manitoba connaisse son nom et son visage, mais après des allégations d’agressions sexuelles, sa province d’origine ne sait pas quoi faire de son héritage.

Des affiches avec un Peter Nygard dessus.

Le siège de l'entreprise de Peter Nygard, à Winnipeg, a des affiches géantes du magnat de la mode.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Nous sommes en 2018. Des mannequins défilent sur le podium tandis que certaines des personnes les plus influentes du Manitoba applaudissent pour célébrer le roi autoproclamé de la mode, Peter Nygard.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, et la vice-première ministre Heather Stefanson assistent à ce gala pour le 50e anniversaire de Nygard International. L'ancienne vedette des Jets de Winnipeg, Teemu Selanne, a même envoyé un message vidéo.

Encore aujourd'hui, à Winnipeg, les magasins de Peter Nygard sont drapés de photos du magnat. Le siège social de l’entreprise comprend un musée Nygard avec un mur d’affiches montrant l’homme d'affaires aux côtés de politiciens, d'acteurs, de musiciens et de modèles.

Le Finlandais d’origine a aussi reçu la clé de Winnipeg des mains de l’ancien maire, Sam Katz, en 2008. Dans un courriel mercredi, le porte-parole du maire actuel, Brian Bowman, dit que le maire trouve les allégations actuelles « grotesques » et que si elles étaient prouvées devant un tribunal, Brian Bowman exigerait alors que Peter Nygard rende la clé.

Un parc à son nom, une ville pleine de questions

Dans la municipalité rurale de Deloraine-Winchester, située dans le sud-ouest du Manitoba, un parc porte son nom depuis 2002. Peter Nygard y a organisé un défilé pour marquer l'événement et y a amené le mannequin Beverly Johnson pour un défilé de mode.

La petite communauté devait discuter mercredi, lors du conseil municipal, de la possibilité de changer le nom du parc.

Peter Nygard est arrivé au Canada en 1942, alors qu’il était enfant. Ses parents, immigrés de Finlande, se sont tout d’abord installés à Deloraine, dans un hangar à charbon converti et sans eau courante.

L’année suivante, la famille a déménagé à Winnipeg où ses parents ont tenu une boulangerie. Peter Nygard a, par la suite, étudié à l’Université du Dakota du Nord, puis est retourné à Winnipeg où il a travaillé pour Jacob’s Fashions, une entreprise de vêtements pour femme.

Avant 1967, il avait rassemblé toutes ses économies, emprunté 8000 $ et investi dans l’entreprise. En quelques années, il est devenu propriétaire de l’entièreté de Jacob’s Fashions et a créé l’actuelle marque Tan Jay, selon son site Internet. Par la suite, d’autres lignes de mode suivront, comme Alia, Alia Sport, Nygard Collection et Bianca Nygard.

« Tout le monde a des ragots sur Nygard »

La marque Nygard est devenue populaire dans les magasins partout en Amérique du Nord. L’homme d’affaires est apparu à plusieurs reprises dans des listes le classant comme l’un des Canadiens des plus riches.

Il appréciait l'attention qui accompagnait sa richesse. Un article écrit pour le site Web de l'entreprise en 2000 raconte que tout le monde à Winnipeg avait une histoire à propos de l'homme souvent repéré au volant de sa Rolls décapotable blanche avec une plaque « Nygard ».

« Que ce soit le directeur du club d'entraînement qui plaisante sur les différentes blondes sur son bras à chaque fois qu'il se rend à la salle de sport, les amis des femmes qui sont sorties avec lui ou même le rédacteur en chef qui délire sur l'informatique de pointe dans son entreprise, tout le monde a quelques ragots sur Peter Nygard... ce charmeur et créateur de vêtements multimillionnaire jouit de l’aura d’un séducteur », raconte l'histoire.

Alors que Nygard appréciait son succès et ses histoires d'hédonisme, une autre version de lui a émergé. Ses pratiques commerciales ont été critiquées après qu'un ancien directeur de Winnipeg a traduit l'entreprise en justice pour des heures supplémentaires non rémunérées et non imprévisibles.

Trois plaintes pour harcèlement sexuel d'anciens employés ont aussi été soumises à la Commission des droits de la personne du Manitoba dans les années 1990, mais elles n'ont pas été jugées.

Winnipeg coupe ses liens avec Peter Nygard

Certains liens qu’avait Winnipeg avec Peter Nygard ont disparu ces dernières années. Une affiche de lui vêtu d'un t-shirt noir avec un col en V profond, les bras bronzés croisés et ses longs cheveux gris lissés en arrière servait à accueillir les voyageurs à l'aéroport de Winnipeg. L'affiche et toute la publicité autour du magnat de la mode ont été retirées l'été dernier.

L’homme d’affaires a également donné de l'argent à des associations caritatives contre le cancer du sein et a parrainé une camionnette de mammographie avec une photo de son visage. CancerCare Manitoba affirme que le véhicule n'est plus utilisé et que la fondation n'a aucune relation de financement continue avec Nygard.

Nygard se vantait des dons qu’il faisait pour payer des membres de l'Orchestre symphonique de Winnipeg pour jouer devant des femmes recevant un traitement contre le cancer du sein. L'orchestre assure qu'il n'y a actuellement aucun partenariat avec Peter Nygard ou sa compagnie.

Reste qu’à Winnipeg, l’homme d’affaires ne fait face à aucune accusation, selon la police de Winnipeg, qui ne pouvait cependant pas préciser si une enquête est en cours. De son côté, la Gendarmerie royale du Canada ne révèle des informations qu'après qu’une personne est formellement accusée.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Faits divers