•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chaîne américaine de grande surface rompt ses liens avec Peter Nygard

Peter Nygard, souriant.

Peter Nygard

Photo : Associated Press

Radio-Canada

L’importante chaîne de magasins Dillard’s, aux États-Unis, coupe ses liens avec les entreprises fondées par le magnat manitobain de la mode, Peter Nygard, dans la foulée de récentes allégations d’agression sexuelle à son égard.

Dillard’s, qui détient près de 300 grandes surfaces de luxe, a indiqué dans un communiqué mercredi qu’elle annulait toutes ses commandes à Nygard International en cours et suspendait toutes ses futures commandes.

Il a été dévoilé il y a une dizaine de jours que 10 femmes avaient intenté une poursuite civile contre Peter Nygard et demandaient à un tribunal de l’État de New York de certifier leur demande de recours collectif.

Elles accusent l’homme d’affaires originaire de Winnipeg de les avoir violées dans sa villa des Bahamas et de mener un réseau de trafic humain.

À la lumière de ces sérieuses allégations concernant Peter Nygard, qui sont diamétralement opposées à nos valeurs fondamentales, Dillard’s a refusé des livraisons, annulé toutes ses commandes et suspendu tout achat futur de Nygard, dit le communiqué de Dillard’s.

Selon le site web de Nygard International, dont le siège social est à Winnipeg, les vêtements de l’entreprise sont vendus dans 6000 grandes surfaces. L’entreprise détient 150 de ses propres magasins en Amérique du Nord.

Un porte-parole personnel de Peter Nygard a indiqué mardi que celui-ci démissionne de son poste de président des entreprises Nygard Compagnies et qu’il se départira de ses intérêts dans l’entreprise.

Une descente du FBI

Mardi matin, le FBI a effectué une descente dans les bureaux new-yorkais du magnat manitobain de la mode. Un porte-parole de la police n’a pas fourni plus de détails.

De son côté, la police des Bahamas enquête sur des allégations faites par quatre femmes, liées à la poursuite civile. Elles ont déclaré à la police qu’elles avaient été agressées sexuellement par Peter Nygard alors qu’elles avaient de moins de 16 ans, soit l’âge du consentement sexuel aux Bahamas.

Aucune des allégations contre M. Nygard n’a été prouvée en cour. Nygard International n’a pas répondu à une demande d’entrevue.

Un détaillant canadien coupe les ponts

Au Canada, le magasin Phinneys, situé à Kentville ,en Nouvelle-Écosse, coupe définitivement les ponts avec les produits liés à Peter Nygard.

Le petit magasin liquide son stock actuel de vêtements Nygard et a envoyé une lettre annulant ses futures commandes, indique le copropriétaire de Phinneys, Andrew Zebian.

Nous croyons les femmes, nous soutenons les femmes [...] Nous ne sommes pas un juge et un jury, mais nous avons le droit de retirer une marque de nos étagères et de dire la raison à nos clients, poursuit-il.

Le magasin a expliqué sa décision dans une publication sur Facebook la semaine dernière.

M. Zebian affirme que la décision de M. Nygard de quitter ses fonctions ne le fait pas changer d’avis.

Avec les informations de Rachel Bergen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !