•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chemin de fer, un outil symbolique et tactique avéré pour les Premières Nations

D’hier à aujourd’hui, ce n’est pas un hasard si le chemin de fer, ce ruban d’acier qui relie le Canada d’un océan à l’autre, est ciblé par les communautés autochtones dans le cadre de leurs revendications territoriales.

Plan serré d'un barrage sur un chemin de fer où une affiche indique en anglais : « pas de pipeline ».

Ce qui a débuté comme un conflit local opposant les chefs héréditaires de la Première Nation Wet'suwet'en et une compagnie gazière est devenu un enjeu d'envergure nationale dont l'issue demeure toujours incertaine.

Photo : Radio-Canada / Craig Ryan

Mugoli Samba
Geneviève Lasalle

Pour marquer leurs revendications, des militants autochtones ont pris d'assaut les chemins de fer. Ils y installent des barrages, bloquant la circulation des biens et des personnes au Canada. « Comme des feux durant une saison d’incendie », lance l'historien Nicholas Blomley, en claquant des doigts à répétition, illustrant la rapidité avec laquelle de nouveaux barrages se construisent les uns à la suite des autres.

Le professeur en géographie de l’Université Simon Fraser ne fait pas référence au mouvement en soutien aux chefs héréditaires Wet’suwet’en, mais bien au vent de solidarité envers les Mohawks d’Oka ayant mené des communautés autochtones de la Colombie-Britannique à occuper l'ensemble du réseau ferroviaire de la province en 1990.

Plus de 20 peuples autochtones avaient alors installé un total de 30 barrages sur les voies ferrées de la Colombie-Britannique.

Six personnes, hommes, femmes et enfants sont assises sur des chaises d'extérieur posées sur une voie ferrée à la hauteur d'un passage à niveau.

Des membres de la communauté St'at'imc bloquent la ligne de chemin de fer principale de la Colombie-Britannique en 1990.

Photo : Radio-Canada / (Archives)

Il ne s’agissait pas d’une simple solidarité avec leurs confrères de l’est, explique l’historien, mais de la reconnaissance que Ton combat est mon combat. La province refusait alors de reconnaître les titres autochtones, qui donnent droit à la souveraineté sur leur territoire.

L’histoire se répète, observe M. Blomley, au sujet des manifestants de retour sur les voies ferrées pour soutenir les chefs héréditaires Wet’suwet’en opposés au passage du pipeline de Coastal GasLink sur leurs terres ancestrales.

Les critiques du processus des traités, mêlés à la continuité de l’extraction des ressources, signalent que les blocages de voies ferrées ne sont pas près de disparaître dans un avenir rapproché, écrivait M. Blomley en 1996.

Des hommes placent de grosses branches d'arbres sur une voie ferrée.

Août 1990 : des membres de la communauté St'at'imc bloquent la ligne de chemin de fer principale de la Colombie-Britannique malgré une ordonnance du tribunal du gouvernement provincial.

Photo : Radio-Canada / (Archives)

Les deux thèmes, toujours présents au Canada, sont au coeur de la crise actuelle, et pour les deux époques, la prise en otage du système ferroviaire pancanadien n'a pas de quoi surprendre selon les experts.

Symbole du dépeuplement des Premières Nations

Lorsque nous pensons au chemin de fer, nous nous souvenons que le Canada n'est pas une véritable nation, explique Anushka Azadi, quand on lui demande pourquoi la nation Neskonlith bloque les voies du chemin de fer à Kamloops, en Colombie-Britannique.

La construction du chemin de fer a eu des effets considérables sur les peuples autochtones, puisqu’elle a mené à la signature de traités et d'acquisition de leurs droits, observe le professeur d'histoire de l’Université de Montréal Mathieu Arsenault.

C’est s’attaquer à un symbole, au mythe de la construction du Canada.

Mathieu Arsenault, professeur d'histoire, Université de Montréal
Des personnes bloquent un passage à niveau en hiver.

Des manifestants bloquant le chemin de fer à Listuguj, au Québec.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

On dit parfois que la nation canadienne a été créée par ce ruban d'acier qui ferait le lien d'une côte à l'autre et qui donnerait une structure au pays, affirme-t-il.

En ce sens, M. Arsenault croit que les blocages ont une certaine efficacité, puisque ceux-ci touchent à la conception même du pays, et comment il a été influencé par le colonialisme de peuplement .

Le système économique canadien est conçu pour extraire de grandes quantités de ressources d'un vaste territoire, à l'aide d'un réseau de routes et de rails, dont beaucoup traversent des réserves autochtones, parfois sans qu’elles y aient consenti , avance M. Blomley.

Se placer entre « l’homme blanc et son argent »

Si l’aspect symbolique a poussé plusieurs activistes vers les voies ferrées dans l’histoire de la résistance autochtone, le côté pratique de cette action est tout aussi marqué.

Le seul moyen d’inciter le gouvernement à écouter ou d’inciter les compagnies à écouter, c’est de se mettre entre l’homme blanc et son argent, dit Clifford Atleo, professeur spécialiste de gouvernance autochtone à l’Université Simon Fraser, rappelant un dicton populaire des activistes autochtones des années 1970 et 1980.

Plusieurs personnes sont debout sur une voie ferrée la nuit.

Des manifestants bloquent les rails du CN en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

En bloquant les voies ferrées de Vancouver à Belleville, les manifestants touchent à l’économie nationale et poussent le gouvernement provincial et fédéral à prendre meilleure note de leurs demandes, explique-t-il.

L’impact économique des barrages ferroviaires se fait déjà sentir à travers le pays : selon Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ), pour chaque journée supplémentaire de blocage, 425 millions de dollars de produits issus du secteur manufacturier canadien ne sont pas expédiés.

Les présidents de Manufacturiers & Exportateurs du Canada, de la Chambre du commerce du Canada, du Conseil canadien des affaires et de la Fédération canadienne du commerce indépendant ont tous signé une lettre affirmant que les barrages contribuent à des dommages économiques importants pour les entreprises canadiennes et les communautés.

Plan large d'un train du CN circulant en hiver.

Le CN et le CP ont conclu un accord secret pour contourner les blocages des voies ferrées, afin d'assurer le ravitaillement de diverses communautés de l'est canadien.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Le président du Canadien Pacifique (CP) a publié une lettre demandant à Justin Trudeau d'engager immédiatement un dialogue direct avec les chefs héréditaires Wet'suwet'en.

« La réconciliation est morte »

Qu’il soit perçu comme étant symbolique ou tactique, le retour aux voies ferrées fait la lumière sur l’état des relations du gouvernement canadien avec les Premières Nations au pays.

Un homme tient une affiche où il est écrit en anglais : « La réconciliation est morte ». Derrière lui des dizaines d'autres manifestants et quelques policiers.

Des manifestants soutiennent les chefs héréditaires de Wet'suwet'en qui s'opposent au projet de pipeline de gaz naturel Coastal GasLink.

Photo : Radio-Canada / Evan Tsuyoshi Mitsui

Les personnes autochtones articulent une demande pour leur terre, leur territoire et leur titre. Les barrages, en un sens, sont une demande forte.

Nicholas Blomley, historien et professeur à l’Université Simon Fraser

Le barrage dit : Vous ne pouvez pas entrer, ceci nous appartient, nous avons des droits et nous devons négocier et discuter avec vous, dit M. Blomley.

Pour sa part, le professeur Atleo croit que les manifestations devraient pousser plus de Canadiens à des réflexions critiques. Je crois que les gens doivent en prendre note, surtout lorsqu’il y a des femmes et des jeunes Autochtones qui disent : « La réconciliation est morte, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Droits et libertés