•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Humour anti-québécois au Late Night

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une capsule de l'émission américaine animée par Conan O'Brien, diffusée exceptionnellement de Toronto, soulève la controverse par son propos méprisant envers les Québécois francophones.

Après l'animateur sportif Don Cherry, du réseau anglais de Radio-Canada, qui a notamment traité les Québécois francophones de peureux, voilà qu'une parodie présentée à la télévision américaine par l'animateur Conan O'Brien s'en prend aux Québécois.

Dans une capsule humoristique de sept minutes diffusée jeudi, plusieurs sketches suggèrent que la langue française ne devrait pas exister. Une marionnette explique notamment à des festivaliers du Carnaval de Québec qu'ils sont «désagréables» et «stupides» puisqu'ils sont des Canadiens-Français. Les Québécois sont invités à apprendre la langue de l'Amérique du Nord, soit l'anglais.

Malaise à Toronto

Les gouvernements fédéral et ontarien ont dépensé un million de dollars pour inviter l'équipe du Late Night dans la capitale ontarienne. Mais ce qui devait être un exercice pour refaire l'image d'une ville s'est transformée en un dérapage médiatique.

S'adressant à la presse vendredi, le premier ministre de l'Ontario a tenu à souligner les bonnes relations que les Torontois entretiennent avec leurs voisins québécois. «Nous ne contrôlons pas le contenu de ces émissions», a précisé Dalton McGuinty. L'incident a aussi été soulevé en Chambre des communes, à Ottawa.

Alors que Conan O'Brien était introuvable vendredi, Chum Limited, qui détient les droits de diffusion au Canada, a présenté ses excuses par voie de communiqué.

Le reportage de Marc Godbout

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.