•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’AEFO dans une tempête de critiques

Rémi Sabourin pose pour une photo lors d'une manifestation.

Rémi Sabourin, président de l’AEFO, demande à ses membres de rester solidaires malgré l'annulation de la journée de grève qui était prévue jeudi.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Radio-Canada

L’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) lance un appel à la solidarité de ses membres alors qu’elle fait face à une tempête de critiques sur les médias sociaux. Son président, Rémi Sabourin, tente de calmer le jeu en réitérant que son syndicat a annulé la journée de grève prévue jeudi strictement pour des raisons de sécurité.

Mardi, la direction de l’AEFO a annoncé qu’elle annulait sa journée de grève de demain en raison des importantes chutes de neige prévues ce jour-là dans plusieurs régions de l'Ontario. La décision a soulevé un tonnerre de commentaires, tantôt négatifs, tantôt positifs, sur les médias sociaux.

Des bulles de commentaires écrits sur la page Facebook de l'AEFO.

Sur la page Facebook de l'AEFO, certains critiquent la décision du syndicat. Carole Bouffard remet en question l'annulation due à la tempête de neige alors qu'elle et ses collègues de Wawa ont piqueté le 13 février en dépit d'un froid polaire.

Photo : Radio-Canada

Des bulles de commentaires sur Facebook.

Alors que de nombreuses personnes applaudissent la décision de l'AEFO dans des commentaires sur Facebook, d'autres, comme Catherine Link-Arseneau trouvent la décision contradictoire.

Photo : Radio-Canada

Dans un message publié sur le compte Facebook de la présidence de l’AEFO, Rémi Sabourin demande à ses membres d’être solidaires et de comprendre que nous avons le même objectif : s’assurer de négocier la meilleure entente possible.

Un extrait du message de M. Sabourin.

Rémi Sabourin a publié un message sur le compte Facebook de la présidence de l'AEFO pour expliquer les raisons qui ont mené le syndicat à annuler la journée de grève prévue jeudi.

Photo : Radio-Canada

Au micro de Martine Laberge à l’émission Le Matin du Nord, M. Sabourin a réexpliqué que la décision découle d’une préoccupation liée aux conditions de piquetage extérieur. Environnement Canada a émis des avertissements de tempête hivernale alors que 20 à 40 cm de neige sont attendus dans de nombreuses régions de l’Ontario.

Ça veut dire qu’avec les trottoirs non déneigés, déjà qu’on ne peut pas toucher à la propriété des conseils scolaires, il y a la rue juste à côté, on ne veut pas qu'il y ait des accidents. Donc c'est vraiment une question de sécurité.

Rémi Sabourin, président de l'AEFO

Car, précise M. Sabourin, la responsabilité de la sécurité des 12 000 membres [sur les lignes de piquetage] revient à l’AEFO, non pas aux employeurs.

Le syndicat assure qu'il ne baisse pas les bras devant le gouvernement.

L’AEFO et la province reprendront les négociations vendredi. À moins d’une entente, les enseignants franco-ontariens prévoient une autre journée de grève la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Éducation