•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille de Colten Boushie déçue du « manque de suivi fédéral »

Jade Tootoosis dit avoir reçu des excuses du premier ministre Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le documentaire We Will Stand Up, qui porte sur l’histoire du meurtre de Colten Boushie, a été présenté aux parlementaires, mardi, à Ottawa. Au lendemain de la projection, la cousine de Colten Boushie, Jade Tootoosis, a déploré, lors d'un point de presse, le manque de suivi du fédéral après cette affaire.

En compagnie de la réalisatrice du documentaire, Tasha Hubbard, Jade Tootoosis a dit tenir ce point de presse afin de plaider en faveur d'outils pour lutter contre le racisme systémique ancré dans les systèmes juridiques du Canada.

Jade Tootoosis soutient que la promesse du gouvernement fédéral en 2018 pour qu’il y ait un suivi après l'acquittement du meurtrier de son cousin, Gerald Stanley, n’a pas été tenue.

Elle réclame une enquête publique pour faire la lumière sur la mort de Colten Boushie.

J’ai rencontré le premier ministre Justin Trudeau [mardi]. Nous avons eu des discussions relatives aux changements qui ont eu lieu [après la mort de Colten Boushie], mais il faut en faire plus. Le résultat est insuffisant, a déclaré Jade Tootoosis.

[Justin Trudeau] s’est excusé et s’est engagé à rester en contact avec ma famille relativement au travail qui sera fait.

Jade Tootoosis, la cousine de Colten Boushie

Colten Boushie a été tué en août 2016 par un fermier saskatchewanais de 56 ans, Gerald Stanley, près de Biggar.

L’Autochtone de 22 ans a été tué par balle lors d'une dispute dans la ferme de Gerald Stanley, tandis qu'il était à bord d'un véhicule.

À la suite du drame, le propriétaire des lieux a été accusé de meurtre au deuxième degré, avant d'être acquitté par un jury en 2018.

Les élus touchés

La réalisatrice a affirmé que les parlementaires qui étaient présents à la projection ont été touchés par le film.

L’un des députés lui aurait avoué que son oeuvre avait changé sa façon de voir les choses par rapport à cette affaire.

Avec les informations de Charles Lalande et Etienne Ravary

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Saskatchewan

Crimes et délits