•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des graffitis dénigrant le Canada apparaissent sur des bâtiments de Winnipeg

Une statue d'un agent de la GRC en bronze recouverte d'un graffiti rouge.

Des graffitis ont été peints sur le quartier général de la Gendarmerie royale du Canada à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

Trois bâtiments de Winnipeg ont été la cible de vandalisme. Des messages dénigrant la police et le Canada ont été peints sur les façades extérieures.

Le Service de police de Winnipeg a ouvert une enquête après l’apparition de graffitis affichant les messages F*** la GRC, KKKanada et Terres volées au quartier général de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), au Musée canadien pour les droits de la personne et au bureau de circonscription du député de Saint-Boniface-Saint-Vital et ministre des Affaires du Nord, Daniel Vandal.

Le porte-parole de la police, Rob Carver,indique que les policiers ont été alertés mercredi matin et que les trois actes de vandalisme sont reliés.

S’attarder aux effets de la colonisation

Sans vouloir tirer de conclusions sur les auteurs des graffitis, le président-directeur général du Musée canadien pour les droits de la personne, John Young, soutient que l’incident est le reflet de la situation actuelle.

Honnêtement, j’ai d’abord été choqué. Mais notre mandat est de cultiver la réflexion, dit John Young. Et, quand on y pense, je crois que ce qui est arrivé est le reflet d’une importante discussion en cours au Canada.

Il croit que les actes de vandalisme démontrent la nécessité de s'attarder aux séquelles de la colonisation au Canada.

Daniel Vandal prône le dialogue

Terres volées, Vous nous avez laissés tomber et Faites mieux ont été inscrits sur la devanture du bureau de Daniel Vandal.

Des graffitis en anglais sur la devanture du bureau du député fédéral Daniel Vandal à Winnipeg.

À Winnipeg, le bureau du ministre des Affaires du Nord, Daniel Vandal, a été vandalisé.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

C’est décevant lorsque quelque chose de la sorte se produit. La façon de régler un différend est d’utiliser le dialogue, et non le vandalisme ou la violence, dit le ministre. Nous devons nous parler, nous devons nous asseoir à la même table.

La police de Winnipeg n’a pas voulu commenter les hypothèses au sujet des personnes qui seraient à l’origine des graffitis.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !