•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retard dans le remplacement des climatiseurs dans les logements sociaux de Toronto

Un bâtiment de briques brunes avec des fenêtres.

Des climatiseurs fixés à une fenêtre peuvent encore être aperçus aux fenêtres de cet édifice de la rue Yonge à Toronto.

Photo :  CBC / Mike Smee

Radio-Canada

La Société d’habitation de Toronto affirme qu'environ 3 % des 6840 climatiseurs devant être retirés avant Noël  dans ses logements, plus de 200 sont restés en place. L’organisme avait promis de les faire enlever avant 2019.

Les chiffres proviennent d'un rapport présenté la semaine dernière au conseil d'administration de la Société d’habitation de Toronto.

L'agence pour le logement social avait été avertie au moins deux fois auparavant - une fois dans un rapport de 2007 au conseil d'administration et une autre fois en 2017, que les unités de fenêtres étaient dangereuses et devaient être remplacées.

Peu après l’accident qui a causé la mort de la petite Crystal Mirogho, écrasée par un climatiseur tombé d’une fenêtre, la Société d’habitation de Toronto s'était engagée à faire enlever tous les climatiseurs fixés aux fenêtres, à moins que ceux-ci ne soient suspendus au-dessus des balcons.

Une petite fille sourit.

La petite Crystal Mirogho a perdu la vie après qu'un climatiseur accroché à une fenêtre lui soit tombée dessus l'automne dernier.

Photo : GoFundMe

Au même moment, la société d’habitation a annoncé accélérer un programme d'échange qui permettrait aux résidents des immeubles de trois étages ou plus d'échanger gratuitement leurs climatiseurs montés sur fenêtre contre des modèles portables au sol.

Mais tout le monde n'a pas adhéré à ce plan, selon Richard Grotsch, responsable des résolutions de location de la Société d’habitation.

Il a dit que certains locataires ne donnent pas la permission à la Société d’habitation d'enlever leurs climatiseurs de fenêtre parce qu'ils estiment que ceux-ci sont nécessaires pour traiter des problèmes médicaux. D'autres refusent de laisser entrer les employés de la Société d’habitation chez eux.

Un homme dans des escaliers.

Richard Grotsch s'attend à ce que toutes les unités de climatisation accrochées aux fenêtres soient retirées.

Photo :  CBC / Mike Smee

Richard Grotsch affirme que le personnel de la Société travaille pour surmonter ces obstacles.

Une première évaluation de la Société d’habitation de Toronto avait fixé à 5400 le nombre de climatiseurs montés aux fenêtres dans ses bâtiments les plus hauts.

Lorsque les entrepreneurs engagés par la Société ont commencé à cataloguer et à retirer les unités, ils ont découvert que le nombre était en fait beaucoup plus élevé, plus proche de 7000, selon le rapport cité par la directrice Sheila Penny.

Ce nouveau nombre plus élevé signifie qu'il faut plus de temps à la Société d’habitation de Toronto pour rejoindre toutes les unités de climatisation.

Richard Grotsch a déclaré que l'agence s'apprêtait à terminer le travail le plus rapidement possible.

À partir de la semaine prochaine environ, nous allons procéder à des échanges et à l'installation de certaines unités portables, et cela se poursuivra tout au long de l'été, explique Richard Grotsch.

Nous prévoyons que les 7000 unités seront échangées et installées à temps pour la saison estivale, qui commence en juin.

La Société d’habitation de Toronto prévoit étendre son calendrier de remplacement aux unités de climatisation montées sur fenêtre dans ses maisons de ville et dans ses petits bâtiments ce printemps également, indique le rapport.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique municipale

Politique