•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conseillers de la Ville d'Ottawa s'opposent à la Loi 21 à l'unanimité

Le maire Jim Watson et les conseillers municipaux de la Ville d'Ottawa.

La motion présentée par Shawn Menard a été adoptée à l'unanimité, mercredi matin (archives).

Photo : Radio-Canada / Stéphane Leclerc

Radio-Canada

Les conseillers municipaux de la Ville d'Ottawa ont posé un geste symbolique, mercredi matin, en s'opposant formellement à l'unanimité à la Loi 21 adoptée au Québec par le gouvernement caquiste.

Une copie de la motion proposée par Shawn Menard, le conseiller du quartier Capitale, sera d'ailleurs envoyée au bureau du premier ministre François Legault.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, soutient qu'il avait déjà contacté M. Legault à ce sujet au cours des derniers mois. Selon lui, il s'agit d'un pas en arrière, d'une décision d'une autre époque.

Je ne pense pas que c'est juste qu'un gouvernement force une personne à ne pas utiliser ses symboles religieux et je pense que c'est contre la Charte des droits du Canada, poursuit-il.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, estime pour sa part que cette loi empêchera certains Canadiens d'avoir des opportunités égales à l'emploi.

On est choyé de vivre dans une société inclusive, puis ce qui se passe au Québec, malheureusement c'est exclusif.

Une citation de :Mathieu Fleury, conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier

Son collègue Stephen Blais abonde dans le même sens et insiste sur l'importance de défendre les droits des minorités.

Une loi qui a un impact sur les gens qui ont une religion différente de nous, ce n'est pas acceptable, affirme le conseiller du quartier Cumberland.

Par ailleurs, Jim Watson a assuré que les employés municipaux qui arborent des signes religieux et qui doivent se rendre en sol québécois dans le cadre de leur travail, comme les chauffeurs d'OC Transpo, n'ont pas à craindre pour leur emploi.

En prenant cette position, Ottawa s'ajoute à la liste de municipalités à avoir condamné la Loi 21. Brampton, Calgary, Mississauga et Victoria, tout comme le gouvernement de l’Ontario, ont déjà signifié leur désaccord.

Avec les informations de Gilles Taillon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !