•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coopérative forestière de la Matapédia inaugure sa nouvelle usine de Sainte-Florence

La production de l'usine a commencé en novembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Jean-François Deschênes

Avec un investissement de plus de 25 millions de dollars, la production de composants de palette fera un bond important. Une fois la vitesse de croisière atteinte, la production devrait passer de 9 millions de pieds par an à 23 millions de pieds.

Pour le directeur général de la Coopérative forestière de la Matapédia (CFM), Simon Roy, il était essentiel de prendre une décision importante parce que l’ancienne usine était en fin de vie. Il fallait faire une action pour améliorer notre sort, dit-il.

La décision a été donc été prise, en 2018, d’abandonner les installations de la coopérative à Causapscal pour construire une usine toute neuve à quelques mètres des bureaux administratifs situés à Sainte-Florence.

Pour le directeur, l’équipement à la fine pointe de la technologie était essentiel si l'entreprise voulait s’imposer dans l'industrie.

On n’a pas monté d’une simple marche, on a monté l’escalier au complet. On a passé d’une technologie des années 1970 avec une technologie de 2020. On a fait un bon de 50 ans.

Simon Roy, dg, Coopérative forestière de la Matapédia
L'ordinateur est branché sur la ligne de production de l'usine.

Le nouvel équipement permet d'économiser temps et argent. Par exemple ici, l'ordinateur scanne les pièces de bois et sélectionne les meilleures parties à utiliser.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Plus de 80 % des produits seront exportés aux États-Unis.

Comme Bois CFM transforme surtout du tremble, ce feuillu n'est pas assujetti à la surtaxe américaine souligne le professeur en politique forestière de l'Université Laval, Luc Bouthillier.

Un paquet de bois prêt à être livré.

Les produits de l’usine servent à fabriquer des palettes en bois. Une fois assemblées par une autre entreprise, les palettes servent à faciliter le transport de marchandises.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

La production est directement liée à la consommation et l’économie dans un cycle de croissance souligne-t-il.

Le moment est donc bien choisi pour investir avant un ralentissement. On profite d’un moment où ça va bien pour réduire sa structure de coût, ce qui fait que quand le marché va aller moins bien, on va mieux passer la crise.

Travailleurs, élus et invités écoutent les allocutions des dignitaires.

De nombreuses personnes ont participé à l'inauguration de l'usine.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Impacts pour la région

L’investissement a permis de faire passer le nombre de travailleurs de 21 à 27.

Parmi eux, le contremaître mécanique René Harrisson qui travaille dans le domaine forestier depuis une quarantaine d'années. Avec cette technologie qu’on a aujourd’hui, avec l’efficacité qu’on va avoir, c’est un nouveau défi qu’on va relever avec grand succès, se réjouit-il.

L'extérieur de l'usine grouille d'activité.

La coopérative forestière de la Matapédia

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Cette usine, c'est aussi de l'air frais pour la petite municipalité de 360 habitants qui peine à attirer de nouveaux résidents.

Le conseiller Gaston Martin se réjouit de l’annonce. Ça procure de l’emploi dans la municipalité. C’est une belle bâtisse qui était déjà en place et qui servait plus ou moins.

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour la Vallée de la Matapédia qui se relève difficilement de l'incendie qui a complètement détruit l'usine de Saint-Vianney, il y a tout juste deux semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie forestière