•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tyendinaga : des trains du CN passent malgré la pression des manifestants

Des manifestants autochtones regardent un train de marchandises passer.

Des manifestants mohawks ont allumé des feux sur les rails et jeté des projectiles lors du passage des deux premiers trains du CN mercredi matin. D'autres trains sont passés depuis, sans autre réaction des protestataires.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Radio-Canada

Plus d'une dizaine de trains du Canadien National (CN) sont passés mercredi sur la voie de chemin de fer qui était bloquée par des Mohawks, qui ont répondu en matinée en allumant des feux sur les rails et en jetant des projectiles. Des gestes de protestation qualifiés « d'inacceptable[s] » et de « dangereux » par Justin Trudeau.

Sans annonce préalable, le CN a tenté de relancer, mercredi matin, son service de transport de marchandises en Ontario, deux jours après que les policiers eurent démantelé la barricade mohawk à Tyendinaga, lundi.

Aucune reprise du service VIA Rail sur les lignes Toronto-Montréal et Toronto-Ottawa n'a encore été prévue.

Depuis 10 h mercredi, onze trains sont passés dans le secteur dans les deux sens.

Les premiers passages ont été perturbés par quelques feux allumés sur les rails à quelques kilomètres de la barricade que les policiers avaient démolie lundi, ainsi que par des jets de palettes de bois.

Un feu allumé tout près d'un train de marchandises.

Des manifestants autochtones allument un feu, alors qu'un train du CN passe à Tyendinaga.

Photo : Radio-Canada

En soirée, un véhicule stationné sur la voie du Canadien Pacifique (CP), parallèle à celles du CN et qui a été utilisée mercredi pour le passage de quelques trains, a été incendié.

Des manifestants ont également été vus dans une vidéo se tenant sur les voies ferrées à l'approche d'un train, puis évitant le convoi à la dernière seconde. On voit aussi un manifestant lancer une palette de bois enflammée près des roues du convoi.

Des agents de la Police provinciale de l'Ontario (PPO) sont vite arrivés sur les lieux, mais n'ont procédé à aucune arrestation.

Des manifestants tout près de la voie ferrée, alors qu'un train s'approche d'eux.

Des manifestants autochtones très près d'un train du CN en mouvement, le 26 février.

Photo : Facebook/Real Peoples Media

« Totalement irresponsable »

Le premier ministre canadien Justin Trudeau qualifie « d'inacceptable » et de « dangereux » le fait que des manifestants autochtones ont allumé des feux sur les rails.

D'après le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, il s'agit d'un acte « totalement irresponsable » qui aurait pu mettre en péril la sécurité publique si le train avait transporté des matières dangereuses.

De son côté, la PPO dit vouloir maintenir le dialogue avec les manifestants. La Police provinciale leur demande toutefois de ne pas s'approcher des rails, pour leur propre sécurité.

Le service policier n'écarte pas des arrestations. C'est une possibilité, dit le porte-parole de la PPO, Bill Dickson.

Pour sa part, le porte-parole du CN, Jonathan Abecassis, a refusé de commenter la situation.

Les manifestants autochtones ont installé un deuxième campement près de la voie ferrée, mais du côté de la réserve mohawk, à l'est de la barricade démantelée par la PPO lundi. C'est de ce camp qu'ils ont jeté des pneus et d'autres objets en flammes mercredi.

Les manifestants disent qu'ils ne quitteront les lieux que lorsque la Gendarmerie royale du Canada se sera retirée du territoire des Wet'suwet'en, en Colombie-Britannique, qui s'opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, et avec lesquels les Mohawks de Tyendinaga sont solidaires.

Reprise du service du CN, pas de date pour VIA

Un premier train du CN était passé à Tyendinaga lundi soir, à la suite du démantèlement par la police de la barricade.

Toutefois, peu de temps après, des manifestants mohawks avaient mis le feu à des pneus et à des détritus sur la voie ferrée, selon la police, ce qui a entraîné la suspension du trafic ferroviaire.

Le CN tente ainsi de redémarrer ses activités mercredi. La compagnie avait mis à pied temporairement 450 employés, à cause du blocage.

VIA Rail, dont les trains de passagers empruntent les mêmes rails, ne sait toujours pas quand son service pourra reprendre entre Toronto et Montréal et entre Ottawa et Toronto. Le service est suspendu depuis le 6 février.

Nous continuons de travailler avec le CN pour faire en sorte que le service normal puisse reprendre afin d’accueillir les passagers à bord le plus rapidement possible, signale le porte-parole de VIA, Karl-Philip Marchand Giguere.

Il ajoute ceci : Comme un nombre important de trains de marchandises sont présentement sur le réseau, une date précise de retour du service n’a toujours pas pu être déterminée à ce stade-ci.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Autochtones