•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CHU Dumont a mis au point un test de dépistage du coronavirus

Une femme portant des lunettes montre un masque facial fait de papier servant à se protéger de potentielles infections.

L'animatrice de La matinale, Martine Blanchard, montre un masque facial que certains utilisent pour se protéger du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Patrick Lacelle

Un test de dépistage du coronavirus (COVID-19) a été mis au point au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton.

Alors que les nouveaux cas se multiplient rapidement à l'extérieur de la Chine, l'Organisation mondiale de la santé a appelé, mardi, la communauté internationale à se préparer à une éventuelle pandémie.

Au Nouveau-Brunswick, seulement quatre individus ont été testés pour le coronavirus jusqu'à présent. Aucun d'entre eux n'était infecté.

Un homme dans un studio parle à un micro.

Le Dr Richard Garceau est microbiologiste-infectiologue au CHU Dumont.

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

En entrevue à La matinale mercredi, le Dr Richard Garceau, microbiologiste-infectiologue au CHU Dumont a confirmé qu’un test de dépistage avait été mis au point il y a un peu plus de deux semaines.

Depuis deux semaines et demie, au CHU Dumont, ont fait le test de dépistage du coronavirus pour toute la province. On a ce qu’il faut. Avant, il fallait l’envoyer à Winnipeg et c’était problématique, a expliqué le Dr Garceau.

Le test de dépistage du COVID-19 a été mis au point au Nouveau-Brunswick par le Dr Guillaume Desnoyers. Il est maintenant sur le point d’être adapté afin de pouvoir effectuer un plus grand volume de tests au cas où le besoin se ferait sentir.

Ça nous aide à être prêts et à faire un diagnostic rapide. Le test, on va le modifier pour le rendre plus adapté à nos instruments pour qu’on soit capable d’en tester davantage si la demande était très grande, mais pour l’instant, c’est vraiment négligeable le nombre d’échantillons qu’on a testés, a précisé le Dr Garceau.

Les masques sont-ils utiles?

Les gens les plus vulnérables sont les personnes âgées et les plus malades d’après le microbiologiste-infectiologue.

Ça ne semble pas infecter les enfants. Ça ne semble pas les rendre malades. Peut-être que les enfants l’attrapent, mais qu’ils n’ont pas de symptômes, souligne-t-il.

Les gens qui se trouvent dans les zones à risques peuvent porter un masque pour se protéger. Cependant, ce ne sont pas tous les masques qui offrent le même niveau de protection.

Pour se protéger du coronavirus, [...] les petits masques jaunes peuvent être suffisants, mais si les gens toussent et sont très malades, souvent dans les hôpitaux on va utiliser les masques N-95 que les plâtriers vont utiliser. Mais, pour qu’ils soient efficaces, il doit avoir été ajusté pour la personne, a précisé le Dr Garceau.

La meilleure protection selon le médecin reste de se laver les mains souvent puisque le COVID-19 se propage comme la grippe.

Nos mains ont les mets dans le visage et là on ingère ces sécrétions-là ou ces gouttelettes contaminées, et là, on l’attrape.

Dr Richard Garceau

Le spécialiste reconnaît par contre que le masque est mieux que rien et qu’il peut rassurer certaines personnes.

Éviter les voyages?

Le Dr Garceau croit qu’il est toujours sécuritaire de voyager en Europe malgré la situation en Italie, mais soutient qu’il ne s'aventurait pas en Asie et qu’il éviterait les croisières.

Comme on peut voir, comme c’est arrivé sur un bateau au Japon, un bateau visiblement ce n’est pas un endroit où il faut isoler du monde parce que beaucoup de gens l’ont attrapé, a-t-il précisé.

Le coronavirus a contaminé environ 80 000 personnes et fait plus de 2700 morts, principalement en Chine.

Avec les informations de l'émission La matinale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé publique