•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba est une province bilingue, selon Brian Pallister

La statue de Louis Riel en avant-plan, la façade de l'assemblée législative du Manitoba en arrière-plan.

Même si la province n'a pas le statut officiel en matière de bilinguisme, le premier ministre Brian Pallister soutient que le français est important au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Sylviane Lanthier

Le Manitoba est-il une province bilingue? « Certainement, bien sûr » lance en français le premier ministre Brian Pallister.

C'est ce qu'a répondu d'emblée le premier ministre manitobain lorsque Radio-Canada l'a interrogé sur les propos de son attachée de presse, Olivia Billson. Dans une entrevue à La Presse canadienne, cette dernière avait justifié la campagne publicitaire pour recruter des travailleurs au Québec par le fait que la province est bilingue.

Elle expliquait alors que, comme la province était bilingue, l'un des objectifs de la campagne publicitaire était de recruter du personnel s'exprimant dans les deux langues officielles.

Même si le Manitoba ne l'est pas sur le plan constitutionnel, pour le premier ministre, il ne fait pas de doute que la province est bilingue.

C’est très important aussi au Manitoba, ajoute Brian Pallister dans la langue de Molière. Par exemple, j’ai embauché trois adjointes bilingues pour le Conseil exécutif.

Or, seule la province du Nouveau-Brunswick est officiellement bilingue. Selon l’article 23 de la Loi de 1870 sur le Manitoba, le statut officiel du français et de l’anglais concerne les institutions juridiques et législatives du Manitoba.

La Cour suprême du Canada indique que le but de l’article 23 est d’assurer aux francophones et aux anglophones l’accès égal aux corps législatifs, aux lois et aux tribunaux.

Quand aux services, sur le plan constitutionnel, la province n’a pas l’obligation de les offrir dans les deux langues officielles.

Les services en français sont toutefois protégés à l’échelle provinciale depuis 1989, d’abord par une politique, puis par l’adoption, en 2016, de la loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine pour mieux protéger les services en français.

Une reconnaissance saluée par la SFM

La Société de la francophonie manitobaine (SFM) voit d'un bon oeil la vision bilingue de Brian Pallister.

Quand le gouvernement, le premier ministre en particulier, reconnaît le statut de la communauté au sein de notre province, c’est un élément important pour amorcer les discussions avec le gouvernement et les continuer, dit le directeur général de la SFM, Daniel Boucher.

Au-delà des paroles, le point important pour la SFM est la question des services. Pour nous, c’est le quotidien qui compte, explique Daniel Boucher.

Le directeur général de la Société de la francophonie manitobaine, Daniel Boucher.

Selon la Société de la francophonie manitobaine, l'ouverture de Brian Pallister permet l'amorce de discussions.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Évidemment, les services, c’est à part, mais ils sont centraux, et le rôle de la ministre des Affaires francophones, c’est justement d’améliorer l’offre de services et d’assurer qu’ils soient de qualité, précise-t-il.

Le directeur général de la SFM est d’avis qu’un statut constitutionnel serait la situation idéale.

Daniel Boucher précise ce qui, pour lui, importe au quotidien : C'est l’engagement d’offrir des services, d’assurer qu’on a, par exemple, un système scolaire francophone, géré par les francophones avec un financement adéquat. Ou d’assurer qu’on a des services de santé en français malgré le fait qu’on n’a pas un statut complet.

Une volonté politique positive

Le politologue Raymond Hébert voit dans la réponse du premier ministre un message politique positif.

Le politicologue Raymond Hébert parle à la caméra.

Le politicologue Raymond Hébert salue l'ouverture du gouvernement manitobain dans sa reconnaissance de la minorité francophone.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Il faut féliciter M. Pallister d’être ouvert à la reconnaissance de la minorité francophone, dit-il. D’ailleurs, l’adoption de la [Loi sur l'épanouissement de la francophonie manitobaine] a été un geste très positif. Par contre, il y a parfois des dérapages comme l’abolition du poste de sous-ministre adjoint [responsable du Bureau de l’éducation française] qui n’a toujours pas été digérée par la communauté francophone.

Le politologue croit qu’il y a encore du chemin à faire dans l’implantation de la Loi sur l'épanouissement de la francophonie. Elle devrait être prise en compte chaque fois que les services sont examinés, et ce n’est pas toujours le cas.

Raymond Hébert évoque par ailleurs la vitalité de la communauté francophone. C’est une petite minorité, mais c’est une minorité qui a son réseau scolaire, son université, des soins de santé, qui s’améliore constamment en français.

Il y a toute sorte d’indices positifs, souligne M. Hébert. Il ne faut [toutefois] pas se leurrer, l’assimilation demeure importante et problématique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !