•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cornwall : l'avis de quarantaine levé pour une quinzaine de membres de l'équipage

Agents de sécurité et Centre de formation NAV Canada à Cornwall.

Les agents de sécurité bloquent l'accès au site alors qu'arrivent les Canadiens qui ont séjourné dans le bateau de croisière Diamond Princess.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Radio-Canada

En fin de journée mercredi, l'avis de quarantaine a été levé pour une quinzaine de membres de l'équipage qui accompagnaient les voyageurs sur le troisième vol nolisé canadien en provenance du Japon.

C'est ce qu'a annoncé l'administratrice en chef de la santé publique, Dre Theresa Tam, par voie de communiqué.

On peut y lire que les individus libérés ne posent aucun risque de préjudice grave pour la santé publique étant donné qu'ils ont suivi les protocoles de prévention et de contrôle d’infections en place.

Vendredi, 129 Canadiens qui étaient à bord du bateau de croisière Diamond Princess avaient commencé une quarantaine de 14 jours à l’Institut de formation de NAV Canada, à Cornwall.

Mais la peur et la désinformation de l'éclosion du COVID-19 persistent dans la ville, selon un médecin-hygiéniste de l'est de l'Ontario.

Le médecin en entrevue à la caméra.

Le Dr Paul Roumeliotis affirme que son bureau de santé se préoccupe davantage de la propagation de la grippe dans l'est de l'Ontario que du COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Selon le Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste et chef de la direction du Bureau de santé publique de l'est de l'Ontario, seuls les employés fédéraux et les bénévoles de la Croix-Rouge fournissent des services aux personnes en quarantaine. Le personnel du Centre Nav n'interagit pas avec eux de quelque façon que ce soit et le personnel et leurs familles ne courent aucun risque accru d'infection ou de propagation du virus , a-t-il confirmé dans un courriel adressé à CBC.

Néanmoins, certaines personnes prennent des précautions inutiles, a déclaré Dr Roumeliotis au conseil municipal de Cornwall lundi.

Certains parents refusent d'envoyer leurs enfants à la garderie et à l'école parce que [il y a des enfants dont les] parents travaillent au Centre Nav , a indiqué le Dr Roumeliotis.

Je reçois également des appels téléphoniques d'écoles disant que les enfants sont victimes d'intimidation maintenant parce que leurs parents travaillent au Centre Nav.

Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste en chef, Bureau de santé publique de l'est de l'Ontario

Les enfants des employés du Centre NAV se font traiter différemment à l'école maintenant, a confirmé Bernadette Clément, la mairesse de Cornwall.

Les gens sont inquiets. Ils ne savent pas ce qui va se passer et je peux sentir ça, constate Richard Ouellet, un résident de Cornwall. Ici à Cornwall, il y a beaucoup de gens qui sont nerveux, avec raison peut-être? On va voir dans quelques semaines, appréhende Judy Foster, une autre résidente.

Le Dr Roumeliotis a déclaré qu'il devait également apaiser les craintes des employés eux-mêmes.

Les employés du Centre Nav étaient très inquiets et j'ai passé beaucoup de temps à leur parler, explique-t-il. Il n'y a absolument aucun risque pour eux. Il n'y a aucun moyen que quelqu'un qui travaille, à mille mètres de la zone de quarantaine, qui est complètement bloquée, puisse transférer ce virus.

Le Dr Roumeliotis a dit qu'il enverrait des lettres aux parents de Cornwall pour expliquer la situation.

Un autocar et une ambulance près du Centre Nav.

Les passagers canadiens du bateau de croisière Diamond Princess sont arrivés au Centre Nav de Cornwall, en Ontario, le vendredi 21 février, pour une quarantaine de 14 jours.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Des précautions en place pour limiter le risque

Une entreprise a été engagée pour nettoyer et désinfecter les chambres où séjournent les hôtes en quarantaine. Les employés lavent la literie et les serviettes, mais les clients sont responsables de laver leurs propres vêtements en utilisant les installations sur place.

La nourriture est préparée sur place, mais elle n'est pas livrée par le personnel du Centre Nav et est livrée avec des contenants et des ustensiles jetables.

Une femme avec un masque chirurgical se tient debout près du Centre Nav à Cornwall.

Jennifer Lee est en quarantaine au Centre NAV depuis vendredi. Les invités en quarantaine sont autorisés à l'extérieur, mais uniquement s'ils portent des masques et des gants (archives).

Photo : Ben Yeung

Les invités en quarantaine sont autorisés à sortir à l'extérieur sous surveillance, mais doivent porter des masques et des gants, et doivent garder une certaine distance les uns des autres.

Pour l'instant, notre risque au Canada, notre risque dans l'est de l'Ontario [de contracter COVID-19], avec ou sans les passagers du Centre Nav, reste faible, a expliqué Dr Roumeliotis.

Bien qu'il y ait de nouveaux foyers d'éclosion de la maladie respiratoire dans d'autres pays, dont l'Italie et l'Iran, le Dr Roumeliotis se dit plus préoccupé par la propagation de la grippe dans l'est de l'Ontario, où il y a eu une dizaine d'éclosions dans la région de Cornwall, dont trois dans des garderies.

Comme pour toute maladie respiratoire, les responsables de la santé exhortent à se laver les mains souvent et avec application.

Avec les informations de Kimberley Molina et de Jérôme Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Société