•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des quadistes réclament un accès à plus de rues à Bathurst

Les véhicules tout-terrain sont permis dans certaines rues de Bathurst (Archives). QuadNB réclame l'accès à une autre section de la ville.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’organisme QuadNB attend avec impatience une réponse des autorités à sa demande d’avoir accès à plus de rues et de routes de la municipalité de Bathurst.

Depuis l'été dernier, les conducteurs de véhicules tout-terrain peuvent atteindre le centre-ville de Bathurst en circulant dans les rues Main et Saint-Georges. Ils souhaitent maintenant pouvoir rejoindre un autre tronçon plus à l'ouest.

Il nous manque [au moins] huit kilomètres pour rejoindre ces deux sections-là. Vous arrivez de la Péninsule acadienne, vous arrêtez au centre-ville, vous arrivez du nord de la province, vous arrêtez au Atlantic Host, indique le coordonnateur du développement pour QuadNB, Jacques Ouellette.

Cette coupure au beau milieu de la ville agace les quadistes.

Moi, si je veux aller faire du quad de l'autre côté de la ville de Bathurst, je suis obligé de charger ma machine dans la remorque, alors que le sentier est à 30 secondes [de mon domicile], déplore Jacques Ouellette.

Il y a deux ans, l'organisme a demandé l'appui de la Ville de Bathurst auprès de la province pour un accès accru à des routes municipales, ainsi qu’à des routes provinciales. Mais le dossier stagne.

Jacques Ouellette craint que d'autres utilisateurs, comme les motoneigistes et les cyclistes, soient tentés de faire le même trajet, ce qui expliquerait peut-être le délai, selon lui. Et ça, ça nous rend inquiets un petit peu parce qu'on veut avoir la certitude qu'on va avoir notre place là nous aussi, dit-il.

Un accès élargi serait avantageux, selon QuadNB

Jacques Ouellette croit de plus que la Ville a tout à gagner sur le plan financier. Chaque fois qu'on ajoute un sentier, chaque fois qu'on ajoute une connexion dans une municipalité, on a tout de suite un impact au niveau touristique, souligne-t-il.

Et les retombées ne seraient pas négligeables. On parle facilement de retombées de 1500 $ par fin de semaine, par couple. Donc, si vous avez 10 couples, faites le calcul, vous l'avez, estime M. Ouellette.

Jacques Ouellette est en entrevue près de son quad à l'extérieur de sa maison.

Un plus grand accès entraînerait des retombées économiques intéressantes, selon Jacques Ouellette, coordonnateur du développement pour QuadNB.

Photo : Radio-Canada

Entre-temps, QuadNB attend une réponse à ses demandes.

Si c'est non, bon, on a un autre plan, c'est qu'on s'éloigne 50 kilomètres de la ville de Bathurst et qu’on amène la direction, le trafic qui va passer tout droit qui va se rendre à Miramichi. Si c'est oui, bien, là, on va déployer les efforts pour y arriver, explique Jacques Ouellette.

Un porte-parole de la Ville de Bathurst n'a pas été en mesure, pour l'instant, de clarifier la prise de position des autorités municipales dans le dossier.

QuadNB était connu auparavant sous le nom de Fédération des VTT du Nouveau-Brunswick.

Avec les renseignements de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique municipale