•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc et les libéraux s’entendent, ouvrant la porte à une adoption rapide de l’ACEUM

Des billots d'aluminium empilés.

Un entrepôt d'aluminium au Saguenay

Photo : Courtoisie

Le gouvernement libéral minoritaire a conclu une entente avec le Bloc québécois relativement à la protection du secteur de l'aluminium pour assurer une ratification rapide de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, le gouvernement fédéral a entamé des discussions avec les États-Unis et le Mexique pour revoir les règles d’origine applicables à l’aluminium, afin de lui donner des protections supplémentaires.

En comité parlementaire lundi, le négociateur en chef du Canada pour l’ACEUM, Steve Verheul, a confirmé ce fait. Il a affirmé que le Canada serait prêt à réagir si le marché nord-américain de l’aluminium était menacé par des produits importés de la Chine ou d’ailleurs.

C’était une condition exigée par le Bloc québécois pour appuyer la ratification de l’ACEUM. Le Bloc était le seul parti à avoir voté contre le dépôt du projet de loi, il y a quelques semaines.

Le gouvernement fédéral souligne que des négociations étaient déjà en cours avec ses partenaires au sujet de l’aluminium, bien avant la demande du Bloc.

Le Bloc rétorque qu’Ottawa refusait jusqu’à maintenant d’admettre publiquement que des améliorations étaient possibles dans le secteur de l’aluminium.

Selon les nouvelles règles de l’ACEUM, 70 % de l’aluminium utilisé dans la construction de voitures doit provenir de l’Amérique du Nord pour être exempt de tarifs. Mais certains syndicats de l’aluminium du Québec craignent que cela ne s’applique qu’aux produits finis des pièces d’autos, et non au matériel de base.

Blanchet crie victoire, libéraux et conservateurs tempèrent ses ardeurs

Devant son caucus, mercredi matin, Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, a présenté les engagements du gouvernement libéral comme une victoire en saluant la collaboration de Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada.

Les travailleurs de l’aluminium du Québec ont de quoi se réjouir.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

La contre-proposition de la ministre a cette vertu de proposer un mécanisme de surveillance et de vérification, a ajouté M. Blanchet.

Pablo Rodriguez, lieutenant québécois et leader parlementaire du gouvernement, a rappelé que ce que Mme Freeland a détaillé dans sa lettre a cours depuis un bon bout de temps.

Ils n'ont rien réglé aujourd'hui, a déclaré Richard Martel, député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord.

Ils font un show de boucane [...]. Ils ont fait une erreur majeure en partant et ils le savent. Les équipementiers, les PME, M. Legault, tout le monde était contre eux autres quand ils ont dit qu'ils n'appuient pas l'ACEUM. Alors aujourd'hui, ils s'en rendent compte, ils ont chaud et ils s'organisent pour sortir de là, a-t-il ajouté.

Les syndicats applaudissent

Les syndicats du secteur de l'aluminium ont salué la persévérance du Bloc.

Ce qui pouvait être fait l'a été.

Alain Croteau, directeur québécois du Syndicat des Métallos

C'est une grande fierté de savoir qu'on a pu faire bouger les choses, même si l'accord n'est pas modifié en tant que tel, ont affirmé Éric Drolet, qui représente les travailleurs d'ABI, et Sylvain Maltais, qui représente les travailleurs de l'aluminium d'Alma.

Insatisfaction du Mexique

L’ouverture de ces discussions sur la protection de l’aluminium déplaît au partenaire mexicain.

Le sous-secrétaire du Mexique pour l’Amérique du Nord, Jesus Seade, assure que l’ACEUM ne permet pas au Mexique d’importer de l’aluminium à faible prix pour envahir le marché nord-américain.

En entrevue avec le site web Politico lundi, Jesus Seade admettait cependant que le Mexique ne possède pas les minéraux requis pour fabriquer de l’aluminium. En conséquence, nous devons continuer à importer de l’aluminium, du Brésil ou d’ailleurs, mais surtout de l’Amérique du Nord, en raison des règles de l’ACEUM.

L’entente entre le Bloc et les libéraux donne au gouvernement une victoire symbolique, celle d’avoir un appui unanime en Chambre pour la ratification de l’accord. L’entente permet également au Bloc de crier victoire après s’être positionné en défenseur du secteur de l’aluminium.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !