•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des kits pour rendre n'importe quelle voiture semi-autonome

Un homme conduit sans toucher le volant dans un véhicule.

Toronto travaille sur un plan pour préparer les rues de la ville à la technologie sans conducteur d'ici 2022.

Photo : CBC

Radio-Canada

Une entreprise crée des kits, appelés Lane Cruise, qui peuvent être ajoutés à n'importe quelle voiture fabriquée au cours des 20 dernières années pour en faire un véhicule semi-automatisé.

Tout ce que je fais, c'est appuyer sur un bouton... et le laisser partir, explique le fondateur et PDG de X-Matik, Nima Ashtari, assis derrière le volant d'une fourgonnette pendant qu'il roule sur l’autoroute Don Valley dans la région de Toronto.

L’outil n’est toutefois pas conçu pour n’importe quel conducteur. Il est développé pour les professionnels uniquement, comme ceux qui conduisent des limousines et des camionnettes de livraison.

Le kit nécessite une surveillance permanente, ne permet pas encore de changer de voie et, idéalement, fonctionne mieux pour la conduite sur autoroute.

Une main touche une pédale sous le volant d'une voiture.

Une caméra reliée au système permet d'ajuster doucement la roue lorsqu'il y a un virage sur la route, ou serrant le frein lorsque la voiture devant ralentit.

Photo : CBC

M. Ashtari dit que son produit est conçu pour réduire la corvée d'être au volant toute la journée.

C'est vraiment le but de l'automatisation. Il s'agit de remplacer les parties les plus banales de nos vies, a expliqué l'ancien ingénieur de Tesla âgé de 33 ans.

En 2018, la Ville de Toronto a utilisé Lane Cruise lors d'un programme pilote financé par la province. En janvier, le gouvernement de l'Ontario a commencé à autoriser l'achat public d'une technologie allant jusqu'au niveau 3 c'est-à-dire lorsque le véhicule devient copilote, une étape au-dessus du kit Lane Cruise. La Ville compte désormais 10 véhicules équipés de kits.

Le kit se compose de matériel qui se fixe sur le volant et le frein, ainsi que d'une caméra, le tout étant connecté à un ordinateur.

Un écran de caméra accroché dans une voiture.

Le système fonctionne avec une caméra qui détecte les obstacles sur la route.

Photo : CBC

Une fois activé, l'ordinateur prend le relais, observant la route à travers l'œil de la caméra et ajustant doucement la roue lorsqu'il observe un virage sur la route, ou serrant le frein lorsque la voiture devant ralentit.

Le système est parfois hésitant — il ralentit rapidement lorsqu'une voiture s'arrête ou ralentit devant elle, mais accélère lentement lorsque la circulation reprend. Un couple de conducteurs frustrés klaxonne alors que la camionnette avance lentement le long de la voie droite de l'autoroute.

Les gens sont très agressifs et le système est très conservateur, explique M. Ashtari, ajoutant que c'est la principale plainte des clients.

Cependant, le logiciel est censé améliorer la conduite, car plus de données sont introduites dans l'ordinateur principal au siège social de la société à North York.

Un cercle en plastique noir entoure le volant d'un véhicule.

Le kit se compose de matériel qui se fixe sur le volant et le frein, ainsi que d'une caméra, le tout étant connecté à un ordinateur.

Photo : CBC

1 million de kilomètres de données collectées

Jusqu'à présent, X-Matic a collecté environ un million de kilomètres de données, et elle en accumule 5000 à 10 000 de plus par mois grâce à ses clients.

Le kit coûte environ 4000 $ et a des frais d'exploitation mensuels de 50 $ à 100 $, qui comprennent des mises à jour logicielles régulières et une assistance en temps réel aux clients.

M. Ashtari dit qu'il n'a aucun intérêt à vendre le produit pour les voitures de tourisme, car il y a un risque que les conducteurs non professionnels deviennent paresseux au volant. Mais il est convaincu que la conduite du futur est réservée à un usage professionnel.

La technologie devrait se concentrer sur les véhicules qui conduisent le plus sur la route, dit-il.

Un homme parle en entrevue.

Le fondateur et PDG de X-Matik, Nima Ashtari, est originaire de North York.

Photo : CBC

C'est l'avenir

Les véhicules varient dans leur autonomie du niveau 0 au niveau 5.

Avec un niveau 0, il n'y a pas d'automatisation. Il s'agit de la Ford Model-T qui circulera en 2020, explique Colin Dhillon, directeur technique de l'Association des fabricants de pièces automobiles.

Le niveau 1 signifie qu'un pilote humain est nécessaire pour toutes les fonctions critiques, mais il existe des fonctionnalités intelligentes.

Pour un niveau 2, il y a un certain contrôle, mais il peut parfois remplacer le pilote. Cela oblige les conducteurs à rester pleinement alertes et engagés lorsqu'ils sont au volant.

X-Matik est l'une des rares entreprises au monde à proposer un kit de rechange à ce niveau d'autonomie. Tesla offre une autonomie à ce niveau pour ses véhicules de tourisme, mais pour un prix beaucoup plus élevé, car il faut d'abord acheter la voiture.

L'objectif de X-Matik est de fournir une mise à jour de niveau 3 du logiciel au cours des deux prochaines années. Cela permettra aux conducteurs de quitter la route des yeux pendant une longue période.

Colin Dhillon dit que nous sommes probablement à moins de cinq ans de voir des voitures de niveau 3 et 4 sur la route. Le niveau 4 est une technologie entièrement autonome avec la possibilité pour l'homme de prendre le relais.

Au niveau 5, il n'y a ni volant ni pédales. Il est absolument et totalement conduit par un robot, explique M. Dhillon.

Toronto travaille sur un plan pour préparer les rues de la ville à la technologie sans conducteur d'ici 2022.

C'est l'avenir, assure Colin Dhillon. La raison, dit-il, est la sécurité.

Quatre-vingt-quatorze pour cent de tous les accidents sont dus à une erreur humaine. Et la raison pour laquelle nous nous sommes tous orientés vers ces véhicules semi-autonomes est de rendre les routes, les véhicules et l'écosystème beaucoup plus sûrs, assure-t-il.

Avec les informations de Ieva Lucs, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Innovation technologique