•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de logements sociaux à Royalmount, la mairesse Plante en colère

Le promoteur du mégaprojet Royalmount confirme qu’aucun logement social ne verra le jour dans ce vaste complexe situé entre les autoroutes 15 et 40. Une décision qui irrite Valérie Plante.

Visualisation du projet Royalmount.

Le projet Royalmount comprendra des tours résidentielles parées de jardins verticaux, un boisé urbain, un parc central et un sentier piétonnier de 3,8 km.

Photo : Courtoisie Carbonleo

« On n’est pas sur le territoire de la Ville de Montréal », explique Claude Marcotte, le vice-président de Carbonleo, chargé de ce projet actuellement en construction.

Ce dernier fait référence au règlement mis en place par l’administration de Valérie Plante, qui va obliger les promoteurs à instaurer notamment 20 % de logements sociaux et autant de logements abordables dans les nouveaux immeubles résidentiels.

Toutefois, selon Carbonleo, qui vient de présenter une nouvelle mouture de son projet estimé à 7 milliards de dollars, Royalmount est situé sur le territoire de Mont-Royal et n’a donc aucune obligation de respecter ce règlement montréalais.

C’est inacceptable. On est dans la région métropolitaine. Tous les promoteurs immobiliers doivent contribuer d'une façon ou d'une autre à du logement social, a clamé la mairesse de Montréal, en prenant connaissance des propos de Claude Marcotte.

Ce dernier serait à côté de la plaque, a-t-elle affirmé, en l’accusant de manquer à ses responsabilités.

Le promoteur vient d’en échapper une et la population va le lui rappeler. Il y a une crise du logement à Montréal, les gens ont de la misère à se loger. Il doit avoir une compréhension de ces enjeux-là.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Ce n’est pas un caprice de faire du logement pour tous, mais une responsabilité, a souligné la mairesse Plante, qui a fait de la construction de logements sociaux l’un des principaux enjeux de son mandat.

Une centaine de commerces et de restaurants

Dans un premier temps, une centaine de restaurants et de commerces, sans compter plusieurs hôtels, verront le jour avec le mégaprojet de Carbonleo. Une inauguration est prévue en août 2022. Un cinéma et un complexe aquatique sont aussi prévus. Le projet comprendra également une passerelle piétonne, le reliant à la station de métro De la Savane, et différentes places publiques, végétalisées. La partie résidentielle sera quant à elle finalisée d'ici 10 à 15 ans, si une telle autorisation est accordée par Mont-Royal. Cette construction débutera dès que ce changement de zonage sera approuvé, promet le promoteur.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Vue en hauteur du chantier de construction du projet Royalmount.

Le projet RoyalMount version 2.0

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Le maire de Mont-Royal en « réflexion »

Initialement, le projet Royalmount ne comprenait aucune unité résidentielle. Face aux critiques émanant de la Ville de Montréal, mais aussi de différents organismes, Carbonleo a revu sa copie l’an passé, et considère la construction d’environ 5000 à 6000 logements. Cette idée nécessite cependant un changement de zonage, actuellement étudié par les élus de Mont-Royal.

Finalement, dans cette version 2.0, le promoteur prévoit 4500 unités, situées dans plusieurs tours d’une cinquantaine d’étages. Aucune précision n’a toutefois été apportée quant au type de logements qui seront construits, concernant entre autres la possibilité d'y accueillir des familles.

Une école pourrait aussi être créée, ce qui avait déjà été annoncé l'été passé.

Même s’il dit appuyer ce projet positif, le maire de Mont-Royal confie ne pas avoir nécessairement la même vision que Carbonleo. Son administration prévoit de rendre sa décision pour la construction de ces logements aux alentours du mois d’avril, mais Philippe Roy avance déjà de possibles nouvelles négociations.

[Avoir des logements sociaux et abordables] ça fait partie des réflexions qu’on a, confie-t-il.

Ce n’est pas dans notre règlement municipal, ce serait difficile de l’imposer à un promoteur, mais c’est quelque chose dont on pourrait discuter.

Philippe Roy, maire de Mont-Royal
Illustration aérienne du projet.

Pour améliorer la circulation, Carbonleo propose des aménagements routiers dans ce secteur fortement congestionné. Avec la mise en place de ce projet, près de 94 000 nouveaux déplacements sont prévus.

Photo : Courtoisie Carbonleo

Plus de verdure

Dans cette nouvelle version de Royalmount, Carbonleo met l'accent sur le développement durable. On veut amener le rythme de la nature en ville, assure Andrew Lutfy, le président de la firme à l'origine également du Dix30 à Brossard. Au total, 4459 arbres seront plantés autour d'un boisé urbain et d'un sentier piétonnier de 3,8 km, détaille le promoteur, qui évoque aussi la présence de navettes électriques sur le site.

Moins de stationnements

Alors que la congestion dans ce secteur est vive, Carbonleo a néanmoins répondu favorablement à une demande de nombreux groupes consultés au cours des derniers mois en diminuant le nombre d'emplacements de stationnement prévus. Ceux-ci seront souterrains et seront au nombre de 7180, contre 12 000 envisagés au départ.

C’est une amélioration qui montre que le projet n'est pas axé sur la voiture, mais c’est encore énorme, juge Christian Savard, directeur de l’organisme Vivre en ville.

Ça reste un mammouth dans la région de Montréal. L’absence de logements sociaux démontre qu’ils ne veulent pas créer un morceau de ville, mais un nouveau pôle commercial, qu’on enrobe avec du résidentiel.

Christian Savard, directeur de Vivre en ville

Royalmount va à l’encontre de la crise qu’on vit, affirme de son côté Caroline Tessier, directrice de l’Association des sociétés de développement commercial de Montréal. Tous les centres-villes vivent ce problème, les commerces en arrachent et ce projet ne fait pas sens, reprend-elle.

De son côté, la mairesse Valérie Plante reste sceptique, peu importe les efforts du promoteur.

Ce projet, même s'il a été amélioré, les irritants, les problèmes liés à la congestion, ça demeure entier. Il n’y a eu aucun changement là-dessus, lance-t-elle. Je ne peux pas me satisfaire, je ne peux pas me réjouir vraiment de ce projet.

Vue d'ensemble du projet Royalmount.

Le projet compterait 4500 unités d’habitation, des commerces et des services de proximité, en plus d'une salle de spectacle de 2800 places.

Photo : Courtoisie Carbonleo

Une seule salle de spectacle

L'offre de divertissement a aussi été revue par Carbonleo, après de vives critiques provenant du Quartier des spectacles.

Ce dernier craignait un effet de cannibalisation si les projets du promoteur québécois sortaient de terre. Deux salles de spectacle intérieures, pour un total d’environ 8000 places, ainsi qu’une scène extérieure étaient prévues.

Désormais, Carbonleo, qui s’est associé avec Evenko, mise sur une seule salle multifonctionnelle de 2800 places. L’offre est plus adaptée, reconnaît Claude Marcotte, qui prévoit par exemple l’organisation de compétitions de jeux électroniques et des spectacles holographiques.

Nous sommes contents des changements apportés, note Pierre Fortin, le directeur du Partenariat du Quartier des spectacles.

Il ne s’agissait pas de mettre un frein au développement culturel en périphérie, mais de respecter l’écosystème existant et les investissements faits pour arriver au succès actuel, mais encore fragile du Quartier des spectacles et des acteurs qui l’animent, détaille-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !