•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : de bonnes nouvelles pour la Colombie-Britannique

La Dre Henry et le ministre Dix côte à côte en conférence de presse debout devant des drapeaux de la Colombie-Britannique.

La médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, et le ministre de la Santé, Adrian Dix.

Photo : Radio-Canada / Hélène Bardeau

Radio-Canada

Trois des personnes qui ont eu le COVID-19 en Colombie-Britannique ne présentent plus aucun signe du virus, a annoncé la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry.

Un second test doit encore confirmer la disparition totale du virus de leur organisme. Si ces derniers sont négatifs, ces trois personnes vont prochainement pouvoir sortir de leur quarantaine et reprendre une vie normale.

La médecin hygiéniste en chef a aussi annoncé que le 5e cas ne présentait presque plus aucun symptôme du COVID-19.

Lors de sa rencontre hebdomadaire avec les médias, la Dre Henry a affirmé que deux passagers britanno-colombiens qui se trouvaient sur le paquebot Diamond Princess étaient de retour dans la province. Ces personnes sont en ce moment même sous quarantaine en raison des mesures imposées par le fédéral.

Il y a toujours des incertitudes en ce qui concerne les personnes qui ont quitté le bateau de croisière, on les surveille de près, explique la Dre Henry.

Retour de Trenton

Les Britanno-Colombiens en provenance de Wuhan et placés sous quarantaine à Trenton sont à présent de retour dans la province et en parfaite santé, affirme de plus la médecin hygiéniste en chef.

Des tests effectués en Ontario ont démontré qu'aucune de ces personnes n’avait été infectée par le coronavirus.

Trop d’annonces?

Présent aux côtés de la Dre Henry, le ministre de la Santé de la province, Adrian Dix, a tenu à rappeler l’importance en tant que communauté d’être aussi transparent que possible sur l’avancée de la crise en Colombie-Britannique.

Certaines personnes peuvent penser qu’on organise trop de rencontres, a-t-il dit. Mais nous tenons absolument à vous avertir quand un nouveau cas est découvert et vous donner chaque semaine plus de détails sur la situation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !