•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surmédicamentation des enfants ayant un TDAH : l'inaction du gouvernement dénoncée

Sylvain Gaudreault, député de Jonquière.

C'est à l'initiative de Sylvain Gaudreault que s'est tenue la commission parlementaire portant sur l'augmentation préoccupante de la consommation de psychostimulants chez les enfants en lien avec le TDAH.

Photo : Radio-Canada

Priscilla Plamondon Lalancette

Près de quatre mois après la tenue de la commission parlementaire portant sur la surconsommation de psychostimulants chez les jeunes en lien avec un trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), les recommandations de Québec se font toujours attendre. Le député Sylvain Gaudreault dénonce l'inaction du gouvernement Legault dans ce dossier.

Les séances de la commission parlementaire se sont déroulées du 6 au 13 novembre dernier. Or, depuis ce temps, le gouvernement refuserait d'organiser une rencontre avec les députés pour qu'ils en rédigent les conclusions. Le candidat à la direction du PQ, Sylvain Gaudreault, soutient pourtant avoir multiplié les démarches en ce sens.

Je ne sais plus ce que je dois faire, s'il faut que je déchire ma chemise, que je sonne des cloches ou que je sorte le haut-bois. Nous avons besoin d'une heure pour faire une séance de travail pour déterminer les conclusions et les recommandations possibles.

Sylvain Gaudreault, député de Jonquière

C'est le leader du gouvernement qui serait au cœur du problème, selon le député péquiste. Le leader ne nous donne pas de temps pour nous réunir.

Je commence à penser qu'il s'en fout de trouver des solutions pour nos enfants qui sont surmédicamentés et surdiagnostiqués TDAH.

Sylvain Gaudreault, député de Jonquière

Plus tôt cette semaine, la direction de la santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean et une chercheuse de l'UQAC affirmaient attendre avec impatience les conclusions de cette commission pour qu'un plan d'action soit mis en place. C'est que la région est championne du recours aux psychostimulants : 11 % des jeunes sont médicamentés pour un TDAH.

Pistes de solution

À la lumière des témoignages d'une dizaine d'experts en commission parlementaire, Sylvain Gaudreault estime que Québec doit mettre en place des mesures pour diminuer le stress et la pression subis par les enfants en milieu scolaire.

Une petite fille à l'air préoccupé est assise, seule, par terre.

Le TDAH est diagnostiqué chez plus de jeunes au Québec que partout ailleurs en Occident.

Photo : Unsplash / Joseph Gonzalez

Il est d'avis qu'une meilleure collaboration des ministères de la Santé et de l'Éducation est nécessaire pour agir en amont.

La sociologue Marie-Christine Brault souhaite pour sa part que les diagnostics soient enfin encadrés par Québec en exigeant par exemple une évaluation en neuropsychologie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique