•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peter Nygard quitte la présidence de Nygard Companies et se départira de ses intérêts

Le nom Nygard écrit en gros devant le siège de l'entreprise de Peter Nygard, à Winnipeg.

Le siège de l'entreprise de Peter Nygard, à Winnipeg.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Le magnat manitobain de la mode Peter Nygard, démissionne de son poste de président des entreprises Nygard Compagnies et se départira de ses intérêts dans l’entreprise, selon un communiqué publié mardi après-midi.

Ce communiqué, préparé par un porte-parole de l'homme d'affaires, indique que M. Nygard a pris cette décision, car il reconnaît « la priorité du bien-être des milliers d’employés, de partenaires en vente au détail, de clients loyaux, de vendeurs, de fournisseurs et de partenaires en affaires » de Nygard Companies.

Le communiqué ajoute également que M. Nygard souhaite que ses batailles juridiques ne soient pas une distraction pour les entreprises : « Les formidables employés de Nygard qui dépendent des entreprises pour gagner leur vie doivent maintenant être la priorité ».

Descente dans les bureaux de New York

Mardi matin, le bureau fédéral des enquêtes des États-Unis (FBI) a effectué une descente dans les bureaux new-yorkais du magnat manitobain de la mode.

Un porte-parole du FBI n’a pas voulu révéler d’autres détails concernant cette descente de la police fédérale, mais a confirmé que les bureaux du siège de sa compagnie à Manhattan ont été fouillés.

Ce raid intervient après que 10 femmes ont intenté une poursuite civile contre Peter Nygard l’accusant de viols et de mener un réseau de trafic sexuel depuis sa demeure aux Bahamas.

De son côté, la police des Bahamas enquête sur des allégations faites par quatre femmes, liées à la poursuite civile, qui ont déclaré à la police qu’elles avaient été agressées sexuellement par Peter Nygard alors qu’elles étaient âgées de moins de 16 ans, soit l’âge du consentement sexuel aux Bahamas.

Le FBI n’a cependant pas voulu confirmer si la descente de mardi matin était liée à ces allégations.

Selon la poursuite, Peter Nygard a recruté, séduit et appâté des enfants et des femmes jeunes, impressionnables et souvent pauvres, avec de l’argent comptant et de fausses promesses de contrats lucratifs en tant que mannequins pour les agresser, les violer et les sodomiser . Aucune accusation criminelle n’a été portée à la suite de ces allégations. Ces gestes allégués auraient eu lieu entre 2008 et 2015.

Aucune des allégations dans cette poursuite n’a été prouvée devant un tribunal.

Son avocat dénonce une « conspiration »

L’avocat de Peter Nygard, Jay Prober, a démenti ces allégations, affirmant au début du mois que l’enquête policière n’ira nulle part, absolument nulle part .

Il pense cependant que le raid du FBI est directement en rapport avec les allégations, qu’il qualifie de « conspiration » créée par l’ancien voisin aux Bahamas du Canadien, Louis Bacon, avec lequel Peter Nygard se querelle depuis plus d’une décennie devant les tribunaux.

« Ils ne trouveront aucune preuve d’actes répréhensibles », a dit Jay Prober, tout en reconnaissant qu’il n’a pas lu le mandat du FBI et qu’il ne sait pas ce que les agents de la police fédérale américaine cherchaient exactement.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Manitoba

Faits divers