•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tentative de rapprochement entre les producteurs agricoles de la Saskatchewan et la Chine

Deux hommes avec à leur gauche le drapeau chinois.

Le président de l'APAS, Todd Lewis, rencontre l’ambassadeur de la Chine à Ottawa, Cong Peiwu, pour discuter de futures relations commerciales.

Photo : Twitter : @AgProducersSK

Karel Houde-Hébert

De passage à Ottawa pour l’assemblée générale annuelle de la Fédération canadienne de l’agriculture, le président de l’Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan (APAS), Todd Lewis, s’est entretenu avec l’ambassadeur de Chine au Canada, Cong Peiwu.

L'objectif de la rencontre était de tenter de créer de nouveaux accords commerciaux avec la Chine, mais également de faire avancer les discussions pour lever l’embargo chinois sur le canola canadien, explique Todd Lewis.

Il estime que les gouvernements provincial et fédéral ont fait de l’excellent travail pour essayer de trouver de nouveaux pays pour exporter le canola canadien.

Todd Lewis vante aussi l’augmentation de la transformation nationale de canola prévue dans le plan de croissance pour la prochaine décennie de la Saskatchewan.

En ce moment, de 40 à 50 % du canola saskatchewanais est transformé dans la province. Ce chiffre est censé monter à environ 75 % au cours des prochaines années, affirme M. Lewis.

La Chine demeure le plus important client de l’industrie

Selon le Conseil canadien du canola (CCC), la Chine importe environ 40 % du canola et ses dérivés produits au pays. La valeur des exportations de graines de canola vers la Chine s'élevait à 2,7 milliards de dollars en 2018, et la demande était encore très forte jusqu'aux récentes perturbations, indique le CCC.

On espère que la situation reviendra à la normale le plus rapidement possible.

Todd Lewis, président de l'APAS

Todd Lewis rappelle que la Chine est un important client pour les producteurs agricoles de la Saskatchewan, non seulement pour l’industrie du canola, mais aussi pour d’autres cultures comme les pois ou encore le bétail et la potasse.

Le président de l’APAS croit que l’épidémie du nouveau coronavirus qui touche actuellement la Chine pourrait faire accélérer les discussions avec la Chine pour rouvrir le marché du canola.

Une saison difficile

Avec les conditions météorologiques difficiles, l’impact de la taxe carbone, la grève des employés du Canadien National, le conflit de travail à la raffinerie Co-op de Regina et les récents blocages ferroviaires, la dernière saison agricole a été plutôt difficile pour les producteurs de la province, affirme M. Lewis.

Selon lui, plusieurs fermiers saskatchewanais ont vu leurs revenus chuter de manière assez importante cette année. L’anxiété est palpable sur plusieurs fermes de la province, dit-il.

Todd Lewis conseille donc à ses confrères de ne pas hésiter à discuter de leur situation avec des professionnels financiers et même avec des professionnels de la santé pour éviter les troubles de santé mentale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Agriculture