•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Legault veut uniformiser l'architecture des écoles

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Simulation virtuelle d'un espace commun d'une école.

François Legault a annoncé mardi 25 février la nouvelle vision de son gouvernement pour les écoles de la province.

Photo : Gouvernement du Québec

Radio-Canada

Le premier ministre François Legault et le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge ont présenté mardi l'allure que prendront les futures écoles du Québec. Les travaux, qui concernent « plusieurs centaines » d'établissements, doivent commencer dès cette année.

Le gouvernement Legault souhaite uniformiser l’architecture des écoles québécoises en leur donnant une même signature. Le bois et l'aluminium québécois seront notamment mis en valeur. Les établissements scolaires arboreront également la couleur bleue du Québec.

Le gouvernement souhaite que les élèves évoluent dans des classes et des espaces communs plus grands, avec davantage de fenêtres et des murs végétalisés. Les espaces intérieurs prévoiront des zones communes pour plus de socialisation, de même que des gymnases et des aires de jeux pour inciter les jeunes à bouger et à dépenser leur énergie.

Investir en éducation, que ce soit dans les services ou pour embellir nos écoles, c’est le meilleur investissement qu’on puisse faire pour l’avenir de notre nation.

François Legault, premier ministre du Québec

Selon le gouvernement, les trois quarts des écoles de la province sont en mauvais état et nécessitent d’importants travaux.

En septembre, Québec avait déjà annoncé un investissement de 2,3 milliards de dollars afin de rénover 1800 écoles dans toute la province.

Quant aux projets de Lab-École mis en place par les libéraux, ils vont se poursuivre, mais ne seront pas renouvelés.

Cette annonce survient alors que le ministre Roberge se trouve sous le feu des critiques, les enseignants dénonçant la réforme de l'école publique qu'il a fait adopter sous bâillon.

On a besoin de nouvelles écoles, mais on a surtout besoin de réfléchir à des enjeux comme la valorisation des enseignants, la ségrégation scolaire, les services aux élèves à besoins particuliers, et j’en passe, a réagi la députée de Québec solidaire Christine Labrie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !