•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bébé expulsé d’un vol : le père dénonce une réaction excessive d'Air Transat

Emmanuel Faug déplore un excès de zèle lié à la peur du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Un père de famille de Québec dénonce son expulsion d'un vol d'Air Transat à destination de Paris parce que sa fille de 21 mois toussait à bord de l'avion avant le décollage. Emmanuel Faug déplore un excès de zèle lié à la peur du coronavirus.

Est-ce que la raison serait peut-être par rapport à toute cette psychose qu'il y a autour du coronavirus? C'est la seule explication que je trouvais dans ma tête, à chaud, et en réfléchissant encore aujourd'hui, c'est sûrement la seule, analyse-t-il quelques jours après les événements.

Emmanuel Faug déplore un excès de zèle lié à la peur du coronavirus.

Avec sa conjointe et leurs trois enfants, il devait prendre un vol de Québec dimanche soir pour aller célébrer deux anniversaires de proches en France. À bord, la petite Lila, 21 mois, avait un bon rhume et faisait de la fièvre, selon sa mère, Clémentine Ferraton.

Un médecin consulté le matin du départ aurait toutefois assuré à la famille que l'enfant pouvait faire le voyage.

Plaintes de voyageurs

Des voyageurs auraient néanmoins porté plainte au personnel parce que le bébé toussait, alors que l’avion se trouvait toujours sur le tarmac de l’aéroport Jean-Lesage.

À la demande de la directrice du vol, un médecin à bord a examiné l'enfant et il a, à son tour, confirmé qu'elle pouvait faire le voyage en avion.

Les deux médecins consultés n’étaient pas du tout préoccupés par l’état de Lila, selon la version de Mme Ferraton, diffusée à l’émission Tout un matin sur les ondes de Radio-Canada.

Clémentine Ferraton a accordé une entrevue à Patrick Masbourian

Il y avait un médecin à bord qui a dit que c’était correct, que [ma fille] pouvait voler, déplore Clémentine Ferraton.

Malgré le diagnostic du médecin à bord, le commandant a fait appel à MedLink, une compagnie qui lui a conseillé de refuser le décollage à Lila parce qu’aucun document médical ne certifiait qu’elle n’était pas contagieuse.

Emmanuel Faug relate que la directrice de bord a fait référence au contexte actuel à plusieurs reprises pendant l'intervention.

J'ai tout de suite senti qu'elle faisait allusion à la crise qu'il y a en ce moment avec le coronavirus. Je pense que c'est de là que venaient ses craintes. Je peux le comprendre d'une certaine manière, mais j'ai trouvé ça un peu excessif. J'ai l'impression qu'elle faisait un amalgame.

La petite famille a donc été escortée par un douanier hors de l’avion sans aucune possibilité de parler à une personne du service à la clientèle d'Air Transat.

On trouve qu’on a été expulsés d’un avion contre l’avis de deux médecins, dont un en personne. [...] Je ne trouve pas ça normal du tout.

Clémentine Ferraton

Une paranoïa liée au coronavirus?

Appelé à réagir, le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, s’est dit estomaqué par la situation vécue par la famille.

Le Dr Arruda craint qu'un climat de paranoïa ne s’installe devant les risques de propagation du coronavirus.

Malheureusement, la peur est plus contagieuse que le coronavirus, a-t-il réagi à l’émission Tout un matin.

Le Dr Arruda rappelle par ailleurs qu’il n’y a toujours aucun cas de coronavirus au Québec. Lila ne pouvait donc pas en être porteuse.

Air Transat se défend

Air Transat affirme que la décision d’expulser la famille de Mme Ferraton n'a rien à voir avec la propagation du coronavirus.

Dans un courriel, la compagnie aérienne affirme qu’elle a simplement suivi les recommandations répandues dans l’industrie.

Il y a notamment, parmi elles, des recommandations et procédures sur les maladies contagieuses. Le seul cas où un passager, présentant des signes flagrants d'une maladie contagieuse, pourrait être accepté à bord serait lorsque celui-ci fournit la documentation appropriée, remplie par un médecin qualifié. Ce document devrait certifier que le passager n'est plus en phase contagieuse de la maladie et qu'il peut voler sans mettre en danger la santé des passagers ou de l'équipage, indique Air Transat.

La compagnie aérienne considère avoir appliqué adéquatement le protocole dans le cas de Lila.

Le médecin qui était à bord de l'avion a confirmé les symptômes suivants : toux et température excédant 38 ºC (39,6 ºC). […] Suite à l'analyse de la situation, MedLink a établi que l'état de santé du passager comportait un risque potentiel important pour les passagers et l'équipage en vol.

Air Transat souligne par ailleurs que des discussions sont en cours avec la famille de Mme Ferraton afin de minimiser les impacts de cette situation sur la famille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transports