•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une petite ville albertaine croule sous les candidatures de travailleurs

Le panneau à l'entrée du musée de Claresholm.

Claresholm fait partie des 11 communautés qui ont été choisies par le gouvernement fédéral.

Photo : Travel Alberta

Émilie Vast

La Ville de Claresholm, au sud de Calgary, participe à un programme pilote fédéral d’immigration afin d'endiguer sa pénurie de main-d'oeuvre.

La municipalité de 3800 habitants a reçu plus de 4600 candidatures de 70 pays. 

Nous ne faisons pas face à un déclin de notre population, explique Brady Schnell, agent de développement économique de la Ville de Claresholm. Mais nous faisons face, depuis longtemps, à de nombreux défis en matière d’emploi.

La pénurie de main-d'oeuvre concerne surtout les emplois de base.

C’est pour cela que la Ville a décidé de participer au projet du gouvernement fédéral, appelé Programme pilote d'immigration dans les communautés rurales et du Nord. Au total, 11 communautés y participent.

Claresholm est la seule de l'Alberta.

Le programme va durer trois ans. L’objectif est que 20 candidats - et leurs familles - s'installent à Claresholm la première année, puis qu’il y en ait plus les deux années suivantes. 

Elles doivent respecter toute une série de critères fédéraux :  tests de langue, niveau d’instruction, économies en banque, l'expérience professionnelle, précise M. Schnell.

À plus long terme

Cela va nous aider grandement, espère Joe Dippolito, associé dans l’usine de production alimentaire El Molino, installée à Claresholm. 

Nos employés sont obligés de faire beaucoup d'heures supplémentaires.

Joe Dippolito, usine El Molino

Cela nous empêche de nous développer parce que nous ne pouvons pas assurer la production, dit-il. Nous avons déjà refusé des contrats parce que nous n’avions pas assez d’employés.

Le succès du programme pilote sera jugé dans cinq ans, annonce Brady Schnell. Il espère que les travailleurs ne décideront pas de quitter Claresholm pour s'installer dans une grande ville une fois qu’ils auront leur résidence permanente.

C’est le gros défi, conclut-il. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Immigration