•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ni le CN ni VIA n'ont la date de reprise du service reliant Toronto à Montréal et à Ottawa

Des agents se tiennent debout en rangée.

Des policiers continuent à monter la garde le long de la voie ferrée à Tyendinaga, le 25 février.

Photo : CBC/Olivia Stefanovich

Radio-Canada

Au lendemain du démantèlement de la barricade à Tyendinaga en Ontario, le Canadien National (CN) et VIA Rail ne savent toujours pas quand leurs trains pourront circuler normalement entre Toronto et Montréal et Ottawa et Toronto.

Le trafic ferroviaire normal est interrompu dans ces corridors depuis le 6 février.

Un premier train du CN, qui est propriétaire des rails, est passé à Tyendinaga lundi soir, après l'intervention de la Police provinciale de l'Ontario (PPO).

Toutefois, peu de temps après, des manifestants autochtones ont fait brûler des pneus et des détritus sur les rails, confirme la PPO, près d'un deuxième campement mohawk situé à quelques kilomètres du premier.

Aucun autre train de marchandises n'a roulé dans le secteur depuis.

Un pneu incendié sur une voie de chemin de fer.

Un pneu jeté sur les rails du CN a été incendié en début de soirée lundi au deuxième campement de protestation à Tyendinaga, en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Olivia Stefanovich

Mardi, une dizaine d'agents de la PPO demeurent sur les lieux de la barricade démolie. Un muret de béton a par ailleurs été placé le long des rails pour en bloquer l'accès aux manifestants.

Un petit nombre de protestataires sont toujours sur place. Ces derniers affirment qu'ils resteront là jusqu'à ce que les chefs héréditaires des Wet’suwet’en, qui s'opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique, leur disent de partir.

Les policiers n'ont pas tenté jusqu'à maintenant de démolir le deuxième campement, qui a été installé en territoire mohawk. La police dit poursuivre son enquête.

Quelques Autochtones près d'un muret de béton derrière lequel se trouvent des policiers.

Des manifestants autochtones sont toujours près des rails à Tyendinaga, le 25 février.

Photo : CBC/Olivia Stefanovich

Le CN, de son côté, est avare de commentaires, mardi.

Nous sommes au courant de la situation et nous la surveillons de près.

Jonathan Abecassis, porte-parole du CN

M. Abecassis n'a fourni aucun autre détail.

De son côté, le président de l'Union des producteurs agricoles du Québec, Marcel Groleau, affirme que ses membres ont des réserves de propane pour 7 à 10 jours seulement. Il demande la reprise immédiate du transport des marchandises par rail.

Pas de date pour la reprise du service de VIA

Un employé regarde passer un train de VIA Rail.

Un train de VIA Rail à la gare d'Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

VIA Rail indique, pour sa part, qu'il attend le feu vert du CN avant de reprendre ses activités entre Toronto et Montréal et Ottawa et Toronto.

Nous continuons de travailler avec le CN pour faire en sorte que le service normal puisse reprendre afin d’accueillir les passagers à bord le plus rapidement possible.

Karl-Philip Marchand Giguere, porte-parole de VIA Rail

M. Giguere ajoute que même lorsque VIA aura l'autorisation du CN, il pourrait s'écouler « plusieurs jours » dans certains cas avant que son service soit de retour à la normale.

Avec des renseignements fournis par Rozenn Nicolle et CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Transports