•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3,2 M$ pour attirer et retenir les travailleurs forestiers

Un travailleur sylvicole est au milieu d'une forêt avec son équipement.

Un projet pilote sera mis sur pied au Bas-Saint-Laurent pour expérimenter différents modes de rémunération des travailleurs forestiers. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Québec octroie près de 3,2 millions de dollars pour mettre en place un projet pilote destiné à améliorer la rémunération des travailleurs forestiers au Bas-Saint-Laurent.

Par ce projet-pilote, Québec souhaite contrer la pénurie de main-d’œuvre dans l’industrie forestière en recrutant de nouveaux travailleurs et en retenant au travail ceux qui sont près de la retraite.

Différents modes de rémunération seront ainsi testés auprès d’une centaine de travailleurs de la région au cours des trois prochaines années.

Ainsi, au lieu d’être payés en fonction de leur productivité, les travailleurs forestiers auront un salaire horaire qui sera fixé en fonction de leur formation et de leur expérience.

Selon le ministre du Travail, Jean Boulet, cette façon de faire rendra le métier plus intéressant pour les jeunes travailleurs.

Que ce soit une rémunération basée uniquement sur la productivité, ça m’apparaît incompatible avec la capacité de travail, notamment des jeunes qui veulent apprendre et qui ont des rémunérations plus faibles parce qu’ils ont moins de rendement.

Jean Boulet, ministre du Travail

Une rémunération mixte doit également être mise en place pour les travailleurs cumulant plus de cinq ans d'expérience. Ceux-ci pourront profiter d'un salaire horaire fixe en plus d'une prime au rendement.

Le ministre du Travail, Jean Boulet, lors de son passage à Rimouski

Le ministre du Travail, Jean Boulet, lors de son passage à Rimouski

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Finalement, Québec souhaite retenir les travailleurs qui songent à prendre leur retraite en leur offrant un salaire horaire équivalant à 90 % de leur moyenne des trois dernières années.

Si les résultats du projet pilote sont probants, ces nouveaux modes de rémunération pourraient éventuellement être utilisés dans l’ensemble des régions du Québec.

Cette façon de faire vise notamment à contrer la pénurie de main-d'œuvre que connaît l'industrie forestière depuis plus de deux ans.

Avec les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Industrie forestière