•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture des bars à 3 h dans le secteur de Hull : aucun impact, selon le chef du SPVG

Des commerces du Vieux-Hull la nuit l'hiver.

Les tenanciers de bars du Vieux-Hull ne peuvent pas vendre d'alcool après 2 h, contrairement au reste du Québec.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Frédéric Pepin

Le prolongement des heures d'ouverture des bars n'a pas mené au désordre tant redouté par plusieurs résidents du secteur de Hull, selon les chiffres présentés par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) mardi.

Les statistiques du SPVG démontrent qu’il y a eu moins d'interventions policières dans le Vieux-Hull entre mai 2019 et février 2020, soit la durée du projet pilote qui permettait aux tenanciers de bars de fermer leurs installations à 3 h du matin au lieu de 2 h.

La prolongation des heures n’a eu aucune influence sur le nombre d’interventions policières.

Luc Beaudoin, directeur du SPVG
Luc Beaudoin à la table du conseil municipal de Gatineau.

Le directeur du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), Luc Beaudoin.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Le conseil municipal avait demandé au SPVG d’augmenter la présence policière dans le secteur pendant le projet pilote et lui avait alloué un budget de 100 000 $. Le chef de police a confirmé que seul le quart de cette somme a été utilisé pour payer le temps supplémentaire des agents au début de la période d’essai.

Mais selon M. Beaudoin, dès juin, le taux d’occupation du centre-ville ne justifiait pas l’augmentation de la présence policière et les agents ont repris la fréquence du service habituel.

Une voiture de police devant une ambulance dans le secteur de Hull.

Une voiture de police dans le secteur Hull.

Photo : Radio-Canada / S.B.

Selon les statistiques présentées aux élus de la Ville de Gatineau, le nombre d'interventions du SPVG étaient de 579 dans le secteur Hull en 2019 comparativement à 580 pour l’année précédente.

Des bouteilles d'alcools sur une tablette dans un bar. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les tenanciers ont observé une augmentation de leurs recettes de 10 à 15% dans le cadre du projet pilote.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Plus précisément, pour la période du 17 mai 2019 au 17 février 2020, il y a eu 488 interventions du SPVG de 22h à 6h, comparativement à 444 l’année précédente, pour la même période. 

Le SPVG a précisé que de ces 488 interventions, seulement 186 ont eu lieu dans le secteur du Vieux-Hull, secteur visé par le projet-pilote. Les 302 autres interventions ont eu lieu dans les établissements situés à l’extérieur du coeur du centre-ville.

L’organisme Vision centre-ville a soumis des commentaires qui ont été présentés au conseil. Selon l'organisme, les tenanciers de la région se réjouissent des résultats probants du projet-pilote de prolongation des heures d'ouverture [...]. Non seulement la prolongation d'une heure a été bénéfique pour ce qui est de l'achalandage et des recettes (10 à 15 % d'augmentation selon les établissements), mais nous avons aussi pu constater que la sortie des bars se déroulait beaucoup plus harmonieusement compte tenu qu'elle se déroulait sur une plus longue période.

Un conseil qui privilégie 3 h du matin

Le président du conseil municipal, Daniel Champagne s’est montré favorable à un retour permanent de la prolongation des heures d’ouvertures des bars et souhaite que le conseil se prononce sur le dossier rapidement. 

Le conseiller Daniel Champagne assiste au comité plénier de la Ville de Gatineau.

Le conseiller du district du Versant et président du conseil municipal, Daniel Champagne.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Le conseil demeure souverain, si dans 4 ans ou 5 ans c’est vraiment problématique, le conseil prendra une décision et décidera s’il y a lieu de prendre du recul[...].

Daniel Champagne, président du conseil municipal

Moi je pense qu’il faut qu’on prenne une décision une fois pour toutes et qu’on la mette de l’avant, ajoute M. Champagne. Et par la suite suivre de près l'évolution de cette décision-là.

Le conseiller du district de Hull–Wright, Cédric Tessier a dit que le conseil a pris la bonne décision en adoptant un projet pilote de neuf mois et veut proposer une solution pour répondre aux inconvénients des résidents du quartier. Parce que selon lui, changer le règlement pour de bon signifie que les gens se font déranger plus tard la nuit.

Cédric Tessier pose dans une rue du secteur Hull.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lors du comité plénier du 25 février, le conseiller municipal Cédric Tessier a dit qu'il présentera une proposition lors de la consultation publique.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

L'heure de fermeture n'a jamais réglé la problématique des gens qui criaient en sortant des bars, qui urinaient ou vomissaient sur les maisons en sortant des bars. Moi ma proposition, va avoir un élément pour répondre à cette problématique et pas seulement fermer les bars à 2 h.

Par voie de courriel, Daniel Cayley-Daoust, président de l'Association des résidants de l'Île de Hull (ARIH) dit que même s'il y a peu de changement du côté des interventions policières, la nuisance auprès des résidents a toujours lieu.

Mais peu importe la décision qui sera prise par la ville, il faudra certainement faire des efforts pour améliorer le voisinage avec les bars et résidents de proximité et réduire le tapage nocturne. On entend déjà dans certains cas que les bruits durent plus longtemps la nuit.

Daniel Cayley-Daoust, président de l'ARIH

Le conseiller du District du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin, ne s’oppose pas aux statistiques présentées au comité plénier, mais reste campé sur ses positions.

Je suis un des seuls qui a voté contre [le projet pilote]. Je ne suis pas convaincu du gain pour la population, ça m’étonnerait qu’il y ait des touristes qui se déplacent ici à 2h du matin.

Jocelyn Blondin, conseiller, District du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau

Les établissements de tous les autres secteurs de la Ville de Gatineau peuvent servir de l'alcool jusqu'à 3 h. C'est d'ailleurs ce que permet la législation québécoise.

Une consultation publique aura lieu à la fin mars pour présenter le bilan du projet pilote et recueillir les commentaires de la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales